Chroniques

Eco responsable, mais comment?

par_Jean-Sébastien Trudel, expert-conseil en environnement - 17/10/2016


Distinguer l’approche verte de l’écoblanchiment.

On le sait : acheter, c’est voter. Or, avec le marketing dont on enrobe les produits « verts » – particulièrement dans le secteur du plein air –, comment s’assurer que l’entreprise qui les fabrique est vraiment écoresponsable ? C’est d’autant plus difficile à vérifier quand on sait que, selon des études réalisées par TerraChoice, plus de 90 % des produits présentés selon un argumentaire environnemental relèvent d’une forme ou d’une autre d’écoblanchiment (greenwashing). Autrement dit, les fabricants mentent, cachent des informations, déforment des faits ou manquent tout simplement de transparence et de crédibilité dans leurs affirmations à saveur écologique. Cela ne veut pas dire pour autant que ces produits soient pires que ce qu’affirme leur étiquetage. Bref, il y a de quoi en perdre son latin. Voici quelques pistes pour vous aider à savoir si une entreprise est aussi verte qu’elle l’affirme.

Cherchez la preuve
Placer une feuille au centre d’un logo vert ou indiquer sur l’emballage que le produit est fabriqué à partir d’une source recyclée, c’est très vendeur. Toutefois, il importe de s’assurer de la véracité de cette information.

Pour cela, il faut identifier le logo d’une  certification reconnue (Oeko-Tex, Fairtrade, FSC, etc.) et, le cas échéant, vérifier si un code permet de retracer le produit. Dans le cas d’un objet de plus grande valeur, prenez le temps d’effectuer une recherche en ligne pour vérifier si le fabricant est réellement inscrit dans le registre de l’organisme de certification.

Trouvez la mission et les valeurs
Les entreprises qui s’inscrivent dans une réelle perspective de développement durable ne se contentent pas de fabriquer un produit vert en changeant un matériau ou deux. L’approche écologique est au cœur de leur raison d’être et de leur culture.

La mission et les valeurs d’une entreprise doivent non seulement intégrer une réflexion sur son rôle dans la société, mais aussi refléter une juste compréhension de ce qu’est le développement durable. Ce qui signifie que chaque geste doit être posé, chaque décision doit être prise, chaque matériau doit être choisi en fonction de ces valeurs.

Inspectez l’emballage
Une entreprise réellement écoresponsable s’assurera de choisir un emballage minimaliste, recyclé et recyclable, et qui remplit une fonction utile (protéger le produit) plutôt qu’une fonction secondaire ou esthétique (qui sert à vendre le produit). Patagonia, par exemple, a très tôt osé faire les choses différemment en éliminant les boîtes en carton pour vendre ses sous-vêtements.

Remarquez les incohérences
Un produit « écoconçu » ne devrait pas être un monstre hybride. J’entends par là que chaque matériau doit pouvoir être facilement désassemblé pour la récupération ou pour le recyclage en fin de vie. Par exemple, les sacs à dos décorés d’innombrables pièces de métal et de plastique collées sont condamnés d’avance à la poubelle. Évitez-les.

Trouvez les points faibles
Évitez aussi les produits à usage unique ou jetables. Mieux encore, assurez-vous qu’ils soient réparables. L’entreprise concernée devrait offrir ce service à prix raisonnable dans son site Internet. C’est ce que fait entre autres Birkenstock, le fabricant de chaussures allemand. Il offre de changer les semelles pour prolonger leur durée de vie. Pourquoi la semelle ? Parce que c’est le point faible d’une chaussure, ce qui « brisera » en premier et qui limitera la durée de vie d’un produit.
J’ai volontairement acheté un sac de courrier pour le vélo, il y a quelques années, parce que la boucle d’attache était en métal et non en plastique. C’est toujours cette pièce qui casse et me force à acheter un nouveau sac. Résultat : c’est la première fois que j’use un sac à la corde (il y a même un trou dans la toile !).

Encouragez la transparence
Les fabricants sont de plus en plus nombreux à publier des rapports de responsabilité sociale dans lesquels ils exposent leurs engagements sociaux et environnementaux. Souvent, ces rapports ne sont que des vitrines marketing. Vous les reconnaîtrez au ton emprunté et au choix de discours.

Les mauvaises entreprises, celles qui pratiquent l’écoblanchiment, ont tendance à souligner uniquement leurs bons coups, à minimiser leurs impacts négatifs et à ignorer les défis qui les attendent.

Les entreprises écoresponsables, au contraire, ont l’habitude de reconnaître ouvertement qu’elles peuvent être meilleures, d’impliquer leurs partenaires dans l’amélioration de leur performance et de faire preuve de transparence par rapport à leurs échecs. Aussi leurs affirmations sont-elles soutenues par des données quantifiables.

Il y a de l’espoir
Une fois que vous aurez identifié une entreprise qui se préoccupe véritablement de ses responsabilités sociales et environnementales, vous pourrez ensuite choisir sans souci parmi son éventail de produits. Vous saurez en effet que les dirigeants ont, de la conception à la fin de vie du produit, fait des choix en accord avec vos valeurs.


motCle_url:
motCle_url2:
souscategorie:
type_activite:
type:
saison: