Équipement

Soulier de course en sentier

Sept paires de souliers polyvalents pour fouler les sentiers du Québec.


par félix Coté - 24/02/2017
-
Les chaussures présentées dans cette rubrique ont été sélectionnées en tenant compte de leur compatibilité avec les sentiers du Québec. Sans être spécialisées pour un seul type de terrain, celles-ci conviendront à la plupart des conditions, puisque la province regorge de sentiers de tous types, avec divers dénivelés. À la différence des chaussures et des bottes de randonnée, les souliers de course en sentier sont entièrement conçus dans le but de satisfaire le coureur dans son élan. Ces modèles doivent par conséquent répondre aux normes de performance tout en protégeant le pied des aléas du terrain, c’est-à-dire des roches, des racines et de l’eau. Leurs semelles doivent également fournir une traction supérieure aux chaussures de route traditionnelles, puisque le coureur en sentier s’aventure sur une multitude de surfaces, de la terre battue à la neige en passant par la boue et les roches glissantes.

Afin de protéger le dessous du pied des obstacles naturels, telles les roches pointues et les racines, certaines chaussures sont dotées d’une plaque rigide intercalaire. Considérant le fait que les sentiers du Québec comportent leur lot d’obstacles acérés, une chaussure munie d’une telle protection constitue un choix judicieux. Celle-ci protège non seulement les os et les articulations, mais aussi les muscles soumis à d’éventuelles courbatures. Sur la plupart des souliers, la semelle cramponnée se prolonge au niveau des orteils, où un heurtoir protège le devant du pied des impacts contre les obstacles du terrain.

Question crampons, exit les traditionnelles chaussures rigides de cross-country aux pointes métalliques. Les crampons sous les souliers de course pour la forêt sont mous et doivent procurer de l’adhérence sur tous les terrains. Des conditions boueuses et glissantes supposent des crampons mous, espacés, au relief important. Les chaussures aux crampons durs et plus minimalistes s’useront moins vite et conviendront aux sentiers plus secs.

Certaines chaussures sont munies d’une membrane imperméable de type Gore-Tex, ce qui est tout indiqué pour les sorties par temps froid ou humide. Ces membranes peuvent cependant diminuer la capacité des chaussures à évacuer l’humidité, un point faible en période de canicule.
Enfin, avant d’acheter un soulier de course, il importe de l’essayer afin de s’assurer de sa compatibilité avec votre pied. Le coureur néophyte devra parfois essayer plusieurs modèles avant de trouver la bonne chaussure qui conviendra à son pied et à sa technique de course. La meilleure chose est de vous faire conseiller, dans une boutique spécialisée, par un spécialiste qui saura évaluer votre technique de course ainsi que vos besoins spécifiques.
 
Caractéristiques à observer
Le poids : il est question ici du poids d’une paire, et non d’une seule chaussure. Il s’agit d’une valeur plutôt subjective, puisque le chiffre affiché sur la balance augmentera ou diminuera selon la pointure. Tout de même, la course provoquant un mouvement répétitif, les muscles préfèrent les chaussures légères aux poids lourds.

L’inclinaison (ou drop) : il s’agit de la différence de hauteur entre l’arrière et le devant du pied. Une inclinaison plus prononcée initie davantage le mouvement du pied. Il est parfois conseillé aux coureurs débutants de choisir une chaussure à l’inclinaison plus prononcée, quoiqu’il ne s’agisse pas d’une règle absolue.

L’épaisseur de la semelle : cette valeur est également subjective, puisqu’elle ne tient pas compte de la densité des matériaux, mais elle donne tout de même un bon aperçu du type de chaussure, minimaliste ou traditionnelle.



motCle_url:
motCle_url2:
souscategorie:
type_activite:
type:
saison: