Le Val d’Aran, îlot occitan au cœur des Pyrénées

Pierre Sromany - 25/07/2017

Le Val d’Aran offre plusieurs circuits de randonnée en montagne.


-
La région du Val d'Aran a longtemps été isolée du reste de l'Espagne. Ouverte au Nord par le cours de la Garonne (l’Aran, en langue d’Oc), et située à quelque 150 km de Toulouse, elle était géographiquement plus proche de la France. Elle ne communiquait avec la Catalogne – dont elle fait officiellement partie à titre de « territoire autonome » – que par le col de la Bonaigua à l'Est, une étroite route en lacets cumulant à 2 072 m d’altitude, toujours enneigée l’hiver.  Côté sud, le col de Vielha (2 450 m d'altitude) n’offrait qu’un sentier pour piétons et chevaux. Un premier tunnel rudimentaire y a été construit en 1948, mais c’est en 1967 seulement que le tunnel actuel a été inauguré, pour relier la Vallée avec l’Aragon espagnol.

Ce long isolement géographique a fait que, jusqu’au milieu du siècle dernier, les habitants des 33 villages de la vallée parlaient encore l’Aranais, une variante de l’ancienne langue d’Oc, dont on trouve aussi des vestiges dans le sud de la France (langue Gasconne, notamment).

Aujourd’hui, environ 3 000 adultes parlent encore cette langue couramment. Mais elle a été reconnue comme langue officielle du territoire. Pour travailler dans les institutions publiques de la région, il faut parler l'Aranais. Et on l’enseigne désormais à tous les enfants de la maternelle à la 3e année.  À la fin du lycée, la plupart parleront cinq langues : l'Aranais, le Catalan, le Castillan (qu’on appelle souvent l’Espagnol), le Français et l'Anglais.

L’architecture des 33 villages du Val d’Aran est dominée par la pierre, le bois et les toitures d’ardoise. Ils ont conservé un caractère vieillot fort charmant… à l’exception de Baqueira, porte d’entrée du domaine skiable. Ici, au fond d’une vallée que les sommets privent souvent de soleil, les hôtels multi-étages entassés les uns sur les autres et leur réseau de passerelles donnent l’impression d’un labyrinthe sans style, malgré l’effort des architectes pour respecter les matériaux locaux.

L’âme des autres villages se révèle surtout par la multitude de tours et de clochers. Les villages de Vielha, la capitale régionale, Salardú, Arties ou Bossost font partie du circuit pyrénéen des Églises romanes. On y trouve d’admirables sculptures qui datent du 12e et du 13e siècle. L’été, la région offre de magnifiques parcours de randonnée pour explorer ces églises.

Le Val d’Aran a aussi une tradition gastronomique influencée par la cuisine du Sud de la France, mais où on retrouve aussi une variante locale de la paella espagnole, et le traditionnel Olla d’Aran (ou « soupe aranaise »), un pot-au-feu paysan à base de haricots, porc, chorizo et boudin. La « Mostra gastronomica » d’Aran se tient chaque année pendant six weekends, de la fin de septembre au début novembre.

Pour les plénairistes estivaux, le Val d’Aran offre plusieurs circuits de rando en montagne, dont le tour du Massif d’Aneto, un parcours de 115 km entre l’Espagne et la France (dénivelée totale de 11 300 m) qu’on peut parcourir allège, grâce à un réseau d’auberges villageoises qui prennent en charge vos bagages. La région compte aussi plus de 400 km de circuits balisés de vélo de Montagne et plusieurs parois d’escalade.
 


motCle_url:
motCle_url2:
souscategorie:
type_activite:
type:
saison: