D E S T I N A T I O N S«« retour à la liste
Cantons-de-l’Est - Canot et kayak

Rivière Missisquoi: kayak au clair de lune

Marie-José Auclair - 05/08/2005
-C'est au coucher du soleil que débute cette sortie estivale en kayak, et c'est dans l'ambiance magique des soirs de pleine lune qu'elle se prolonge. Ce paisible trajet d'environ 15 km, effectué sur la rivière Missisquoi entre les villages de Highwater et de Glen Sutton, dure environ quatre heures. Quatre heures d'émerveillement.

Le terme missisquoi, en abénaquis «multitudes d'oiseaux aquatiques», prend ici toute sa signification. Les hérons bleus jettent des regards intimidés, et leur vol forme de gracieuses arabesques à la cime des arbres. Les nichées de canards déambulent discrètement et les bécasseaux vagabondent sur le rivage. À mesure que s'installe la nuit, les chauves-souris, toujours en quête d'insectes, entreprennent leur vol erratique. Le miroitement des lucioles à la surface de l'eau donne un caractère irréel à la scène.

L'obscurité s'établit progressivement, et le silence envahit les lieux. La rivière traverse quelques villages endormis. Les kayakistes forment des ombres fantomatiques sur l'eau, et le mouvement de leurs pagaies s'apparente à un ballet d'insectes aquatiques. La brume qui apparaît furtivement sur la rivière crée une atmosphère feutrée. L'odeur capiteuse du foin fraîchement coupé envahit les narines. Le moindre son devient perceptible: le glissement des kayaks sur l'eau, le chant des ouaouarons, le hululement de la chouette, l'aboiement lointain des coyotes. Ces quelques heures de pure contemplation et de silence procurent aux kayakistes un sentiment de plénitude.

Du côté de l'équipement
Les kayaks (de style sit-on-top), les gilets de sauvetage ainsi que les lampes frontales sont fournis par le pourvoyeur. Il est recommandé de porter des vêtements chauds – polaire, coupe-vent, pantalon de plein air – ainsi que des bottes en caoutchouc ou des souliers en néoprène vu les manœuvres qu'il faut faire à l'entrée et à la sortie de la rivière. Il est aussi indiqué d'apporter de l'eau potable, une légère collation (fruits séchés, barres tendres) et de l'antimoustiques dans un sac à dos qui sera attaché au kayak, à portée de main. Il faut également prévoir des vêtements de rechange (pantalon, chaussettes, polaire) et des souliers chauds au sortir de la rivière.

Sur les traces des Abénaquis
On peut facilement se glisser dans la peau des Abénaquis qui empruntaient autrefois ce lieu de passage pour rejoindre leurs terres ancestrales en Nouvelle-Angleterre. La rivière Missisquoi leur permettait de relier la vallée du Saint-Laurent et le lac Champlain via la rivière Saint-François et le lac Memphrémagog. Ils utilisaient des canots en écorce de bouleau ou fabriqués à partir d'un seul tronc d'arbre dont l'intérieur était d'abord brûlé puis évidé avec des herminettes en pierre. Entre les voies d'eau, les Abénaquis faisaient des portages. On raconte que celui de la rivière Missisquoi jusqu'au lac Memphrémagog passait par les villages actuels de Mansonville et de Vale Perkins.

Cette excursion guidée est organisée par la station de montagne Au Diable Vert, qui surplombe la vallée de la rivière Missisquoi. L'auberge propose différentes activités ainsi que des séjours en camping ou en refuge. Les kayakistes se rencontrent vers 17 h 30 à l'auberge, au 169, chemin Staines, à Glen Sutton. Tarif de l'excursion: 35 $.
Info: 1 888 779-9090, (450) 538-5639 ou www.audiablevert.qc.ca


Partagez  


Afficher tous les textes de cette section