Publicité
Hors-Québec

Une trilogie du bonheur

15-02-2013

Le bonheur pourrait bien se cacher aux Açores. Sur ses sentiers escarpés, dans ses paysages volcaniques, ou encore quelque part dans ces fins de journée entre miche de pain, fromage fin et bon vin de lave… Tour guidé en trois îles et plusieurs randonnées, dans ce magnifique petit Portugal insulaire.

FAIAL, la bleue
Surnommée «l’île bleue» en raison des nombreux hortensias qui y fleurissent tout l’été, Faial, une des îles du groupe central, ne fait que 21 km de long sur 14 km de large. Le port de sa capitale, Horta, est connu de tous les marins au long cours, tout particulièrement des amateurs de voile. Côté nature, le volcan Dos Capelinhos vole la vedette.

À faire absolument
Une randonnée sur le sentier PRC4FAI, autour de la caldeira du volcan Dos Capelinhos
Dans la région nord-ouest, entre Praia do Norte et CapeIo, s’étend une vaste région naturelle propice à de nombreuses randonnées. La caldeira, formée à la suite d’une importante éruption volcanique, forme une dépression circulaire de 400 m de profondeur et de 2 km de diamètre. Le sentier propose une boucle de 8 km où se succèdent terre battue, gravier et même chemin de campagne. Le départ se fait à partir d’un petit stationnement le long de la route. On grimpe alors quelques marches de bois et on bifurque à droite afin de réaliser la boucle dans le sens antihoraire. Le sentier emprunte rapidement la crête séparant la caldeira, à gauche, des pâturages bucoliques qui mènent à la mer, à droite. Les points de vue sont nombreux, spectaculaires et… souvent limités par un brouillard dense et changeant. Le sentier s’apprécie lentement. Non pas pour se reposer, car le dénivelé est assez faible, mais surtout pour absorber tout ce qu’il y a à voir, faire un brin de jasette avec les quelques vaches ou chevaux broutant en altitude, et se donner la chance de profiter d’une éclaircie entre deux nuages pour voir la montagne du Pico, au loin, sur l’île voisine.

À faire aussi
❱ À partir du même stationnement, il est possible d’emprunter le sentier des 10 volcans (trilho dos dez vulcoes, PR6FAI). Combinaison de sentiers et de petites routes, cet itinéraire de 27 km vous mènera plus à l’ouest en près de 2 jours de marche. Prévoir le nécessaire de camping.

❱ La réserve forestière du volcan Dos Capelinhos propose quelques sentiers dans une ambiance lunaire ainsi qu’un musée consacré à la vulcanologie. À la suite de l’éruption de l’hiver 1957-1958, l’endroit, qui s’est recouvert de cendres, livre un paysage austère étrangement beau.

❱ Plonger dans les piscines «naturelles» de Ponta dos Capelinhos et Varadouro.

Repères
Hébergement (tourisme rural):
Quintas das Buganvilias, dans le village de Castelo Branco. Les bâtiments rénovés avec goût
de cette ancienne fermette ont tout le charme d’autrefois et le confort d’aujourd’hui. Une visite dans les jardins est apaisante avant un arrêt au «bar» en fin de soirée!
www.quintadasbuganvilias.com/en/home.htm


L’eau bouillonnante, les odeurs de soufre… on est bien dans la région de Furnas, à São Miguel.

SÃO MIGUEL, la verte
São Miguel est la plus grande (16 km sur 65 km), la plus peuplée et la plus connue des îles de l’archipel. La diversité des paysages et des choses à faire est surprenante. À la pointe est de l’île, la région du Nordeste est si isolée qu’on la surnomme la dixième île de l’archipel… C’est là que fumerolles et autres indices de l’activité volcanique vous chatouillent les narines et que les forêts semblent impénétrables par endroits. Au centre et à l’ouest, les montagnes proposent d’innombrables randonnées.

À faire absolument
Une randonnée au fond du cratère :

faire le tour du «lac de feu» (Lagoa do Fogo)
Il est sur toutes les photos publicitaires: le Lagoa do Fogo est en effet très photogénique. Situé au centre de l’île, niché au creux des montagnes, le lac s’offre au visiteur chanceux ou à celui qui fait preuve de patience. Souvent couvert de brouillard, le stationnement qui donne accès au point de vue est généralement plein… de gens déçus. Peu indiqué, peu publicisé, un sentier descend droit au fond et en fait le tour, à condition qu’on veuille bien se mouiller les pieds. La descente est abrupte, mais relativement aisée. Le lac fait environ 2 km de long sur 1 km de large. Toutefois, sa rive échancrée propose une bien plus grande distance à parcourir. On y rencontre habituellement quelques locaux venus s’y baigner ou même pêcher.

À faire aussi
❱  La région du Nordeste est la plus sauvage de l’île. C’est dans les forêts de la réserve naturelle du Pico da Vara que se cachent les derniers priôlos du monde. Le bouvreuil des Açores (Pyrrhula murina) est un petit oiseau figurant sur la liste des espèces en danger d’extinction. Seul, ou en compagnie d’un guide de la société protectrice des oiseaux du Portugal (SPEA), on peut parcourir les routes forestières à pied, à vélo ou en auto et partir à sa recherche. Avis aux ornithologues amateurs!

❱ La région de Furnas dispose de piscines thermales aux fumerolles inquiétantes et est propice à des randos à saveur historique.

Le sentier PRC6SMI (Lagoa das Furnas) quitte le village de Furnas pour une boucle de 9,2 km sur route et sentier et fait le tour du lac éponyme.

Le PRC9SMI (Faial da Terra / Salto do Prego), quant à lui, fait découvrir une fort jolie cascade, mais surtout un ancien village restauré et une descente en S avec vue splendide sur la baie. À savourer lentement.

❱  À partir de Vila Franca do Campo, une intéressante expédition d’obser­vation des baleines et des dauphins offre en prime une vue inédite sur la côte.

❱ Suggestions de piscines naturelles : parc naturel de Caldeira Velha et Ferraria.

Repères
Hébergement (tourisme rural):

O Moinho da Bibi, dans le village de Candelaria, vous invite à dormir dans un moulin à vent!
www.moinhodabibi.com

Casa do Pico Arde, dans le village de Ribeira Grande, propose charme tranquille et petit air de noblesse.
www.casapicoarde.com

Tradicampo, dans le district du Nordeste, vous ouvre les portes de quatre maisons, rénovées jusqu’au moindre détail, avec tous, tous les accessoires modernes. TOUS!
www.tradicampo.pt

Les Casas do Termo offrent deux luxueuses maisons dans la région de Lagoa, avec une vue époustouflante sur la baie et les tempêtes qui y sévissent régulièrement.
www.casasdotermo.com

Casa da Pedreira surplombe le village de Mosteiros. Le soir, la vue sur le village en contrebas avec la mer en toile de fond est inspirante.
fatima.horta@sapo.pt ou 969 426 087

Observation des baleines: www.terrazulazores.com


Le campingde Lajes do Pico est situéen plein centre du village, à Pico.

PICO, la noire
Pico est la deuxième plus grande île de l’archipel (elle fait 15 km de large sur 42 km de long). L’«île noire», ainsi surnommée en raison de l’omniprésence du basalte, a beaucoup à offrir. D’abord le Pico comme tel, une montagne volcanique en forme de cône qui culmine à 2351 m d’altitude (c’est d’ailleurs le plus haut sommet du Portugal.) Mais on y trouve aussi de fabuleux plateaux qui courent d’ouest en est et qui forment la région centrale de l’île. Enfin, la partie nord-ouest propose des randonnées uniques au pays du vin de lave, ce fameux vin tiré d’une vigne qui pousse on ne sait trop comment dans un sol pauvre cerné de blocs de basalte.

À faire absolument
L’ascension du mont Pico

On l’aperçoit depuis plusieurs îles des environs, dont Faial. Toujours, sa forme et sa taille impressionnent. Le Pico est un volcan qui «dort» au centre de la partie nord-ouest de l’île, dans une réserve naturelle. L’accès par la route y est facile. C’est par la suite que ça se corse. On a le plus souvent la tête dans les nuages et la météo y est capricieuse. Une fois la voiture stationnée à sa base, il faut s’inscrire à l’accueil de la Casa da Montanha; l’enregistrement obligatoire est gratuit et permet d’obtenir un bracelet GPS ainsi qu’un cellulaire. La sécurité des randonneurs est prise au sérieux! Le sentier débute en zigzaguant parmi les arbustes. La pente est continue, mais jusque-là, rien d’ardu. Et puis vient le gravier, un fin gravier volcanique, abrasif et… roulant. Il n’y a plus que mousses, lichens et… brouillard. Pas de chance, on ne verra que du blanc. L’aller-retour jusqu’au sommet fait 7,5 km et exige de six à sept heures de marche. Il est même possible d’y dormir, à condition de prévoir le matériel nécessaire puisqu’aucune commodité n’est offerte en altitude.

À faire aussi
❱  Explorer la route de l’intérieur, à pied ou à vélo. La route qui traverse l’île d’ouest en est parcourt des plateaux magnifiques. Il est alors possible de faire de nombreuses randonnées vers les sommets des collines, qui offrent vue sur la mer ou autour de bien jolis lacs formés au creux des vallons. La partie est de cette route se prête particulièrement bien au vélo de montagne puisqu’elle est moins fréquentée. En fait, on y rencontre plus de vaches que d’automobiles… Vous êtes avertis!

❱  Au cœur du monstre, visiter la grotte Das Torres. Situé près de Madalena, ce tunnel de lave fait plus de 5 km de long et atteint par endroits une hauteur de 15 m. Vieille de près de 1500 ans, on peut en explorer environ 500 m au cours d’une visite guidée. Pas d’inquiétude : ce n’est pas une trappe à touristes! Le lieu a gardé son côté naturel et la visite est sym­pathique. Bien que l’île compte environ 130 cavités, c’est une des rares qu’on puisse explorer en toute légalité.

❱ Faire un pas (ou deux) dans le passé: parcourir les sentiers traversant les vignobles traditionnels. Inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco, la région viticole de l’île de Pico offre des pistes de randonnée faciles et originales. Ainsi, on peut marcher entre les murets de basalte servant à protéger le verdehlo des rigueurs du climat. Le sentier PR5PIC (vignoble Criação Velha) part de Calhau, dans la région de Madalena, et fait environ 8 km, alors que le PR1PIC (route de Santa Luzia) complète une boucle de 5,5 km au départ de Fetais, dans la paroisse de Santa Luzia. On peut alors visiter le centre d’interprétation du paysage viticole de l’île de Pico et s’humecter le gosier avec quelques gorgées de ce fameux vin de lave. Le Frei Gigante est particulièrement intéressant dans sa robe blanche.

❱ Suggestions de piscines naturelles: San Antonio et Lajes do Pico. •

REPÈRES
Hébergement (tourisme rural) :
Adegas do Pico, dans le village de Prainha do Norte. Ces «maisons de Pico» constituent une dizaine de maisonnettes de caractère avec d’épais murs de basalte et un mobilier traditionnel.
www.adegasdopico.com

Cantinho do Céu, dans le village de Santa Luzia. Sa façade blanche ne laisse pas deviner la merveilleuse cour intérieure baignée par le soleil couchant, où l’on peut prendre un digestif.
www.cantinhodoceuazores.com

Location de vélos à la Casa d’Avilas. Vera França se fera un plaisir de venir vous chercher avec sa Land Rover, de vous déposer quelque part sur le plateau central et de revenir vous chercher en fin de journée. Le tout avec un sourire grand comme ça!
Casa d’Avilas, 926 969 743, 965 131 771 (demander José Ávila) ou www.casadavilas.com

Neuf îles, un archipel autonome
L’archipel des Açores est une région autonome du Portugal, constituée de neuf îles baignant au beau milieu de l’Atlantique Nord. Bien que toutes les îles soient d’origine volcanique, elles présentent des caractéristiques souvent différentes. On peut passer d’une île à l’autre assez facilement sur un traversier, ou même en avion. Toutefois, la météo changeante et les distances parfois importantes imposent une limite pour ce qui est du nombre d’îles à visiter pendant un séjour de deux ou trois semaines.

Préparer un voyage aux Açores
❱ Le guide Petit Futé Açores est un des rares livres sur le sujet. Il offre une foule de renseignements utiles : www.petitfute.com

❱ La meilleure saison pour se rendre aux Açores demeure l’été, avec des températures moyennes de 24 ºC.

❱ La compagnie aérienne des Açores, SATA, offre une liaison directe Montréal / Ponta Delgada: www.sata.pt

❱ Hébergement en maisons de tourisme rural: www.casasacorianas.com

❱ Site général d’information: www.visitazores.com

❱ Site qui suggère cartes et itinéraires de randonnée pédestre: www.trails-azores.com

Publicité