Publicité
Escalade, Été, Hiver, Québec, Ski alpin

À cheval sur deux saisons – Partie 1

17-10-2018
Escapades entre deux saisons

Escapades entre deux saisons

L’hiver s’en vient… mais c’est encore l’automne! Dans le doute, qu’est-ce qu’on fait? Pourquoi pas un peu de tout pour profiter des deux saisons? Séries de 3 articles pour vous inspirer dans vos escapades automnales. 

Escapade Mont-St-Anne

Escapade au Mont-St-Anne

Québec / Canyon Sainte-Anne

PETITE FROUSSE ET SENSATIONS FORTES

 

Lorsque nous sortons (enfin) du parcours des Marmites, «long» de 300 m, mon accompagnatrice me dit: « Je pense que je t’ai entendu couiner.» Quelques minutes plus tôt, je longeais l’itinéraire aménagé et ultra sécuritaire, supervisé par des guides professionnels, de cette via ferrata sur câble continu du canyon SainteAnne, non loin du mont du même nom. Tout allait bien jusqu’au beau milieu

Tout allait bien jusqu’au beau milieu d’une descente à la verticale, alors que la glace sous mes bottes a eu raison de ma mince tolérance aux hauteurs. Dans une position burlesque, «scotché» à la paroi enneigée, j’ai imploré la présence de ma tendre mère. Que je salue d’ailleurs.

Une fois ma panique contrôlée, je n’ai toutefois eu aucune misère à rallier le fil d’arrivée de cette mise en bouche de niveau débutant (pour tous). Heureusement, car nous sommes en route pour notre plat de résistance: la via ferrata de la Gorge, d’une distance de 550 m et de difficulté intermédiaire. C’est le deuxième des trois circuits offerts par l’entreprise Projet vertical, qui exploite le site depuis la fin de l’hiver 2016.

Dès le départ, nous traversons un pont népalais, mince fil de fer tendu à quelques mètres au-dessus de la rivière Sainte-Anne. Pendant les crues printanières, il paraît que le cours d’eau flirte avec nos pieds. Puis nous longeons les piliers de la chute, situés tout au fond du canyon. D’ici, la vue sur les marmites, ces formations géomorphologiques sans pareilles, est impressionnante. La chute de 74 m prisonnière des glaces vaut aussi le coup d’œil.

Or, de l’avis de ma partenaire, c’est mon visage qui a volé la vedette aujourd’hui. Crispé et légèrement inquiet. Une expression unique en son genre, semble-t-il.

À FAIRE

Mont Sainte-Anne

De Beaupré, le mont Sainte-Anne est à quelques minutes de route – est-ce vraiment possible de le manquer tant il domine le paysage avec ses 800 m de hauteur? On en profite pour dévaler les 71 pistes de la station, couvrant 73 km sur 3 versants. Ou pour chausser ses skis de fond et étrenner plus de 200 km de sentiers (dont 191 km destinés au pas de patin) qui composent son réseau. On dit d’ailleurs qu’il est le plus vaste en Amérique du Nord, ce qu’on croit sans peine.
www.mont-sainte-anne.com

ON RECOMMANDE

Restaurant chez Bolduc

Après l’effort, le réconfort, préférablement sous la forme d’un repas bien gras et salé, question de se réchauffer et de refaire le plein d’énergie. Ce genre de mets, il y en a à profusion au restaurant de type cassecroûte Chez Bolduc, une véritable institution sur la Côte-de-Beaupré – l’endroit est ouvert depuis 1954! Notre conseil: optez pour la poutine. Satisfaction garantie.
www.restaurantchezbolduc.com

REPÈRES

Projet vertical 206, route 138 Est, Beaupré

www.projetvertical.com

Selon le forfait choisi, il en coûte de 35$ à 72$ pour accéder à l’un ou à l’ensemble des parcours de via ferrata. À noter que chaque forfait comprend un spectaculaire passage en tyrolienne au-dessus du canyon

Escapade - Jacques Cartier

«FATTER» dans le Parc National de la Jacques-Cartier

Capitale Nationale / Parc national de la Jacques-Cartier

«FATTER» ENTRE PÈRE ET FILS

Le parc national de la Jacques-Cartier, à 30 minutes au nord de Québec, offre la location de bécanes dodues depuis l’hiver dernier. Quelle heureuse coïncidence: mon père et moi nous promettions justement de «fatter» ensemble.

Par un beau matin neigeux de janvier, nous prenons donc la route de la vallée glaciaire au creux de laquelle serpente la rivière de la Jacques-Cartier. À notre arrivée au centre de découverte et de services, où s’effectue la location de vélos lipidiques, nous découvrons des sentiers immaculés, exempts de traces de vie humaine, hormis celles (discrètes) laissées par l’équipe de la Sépaq qui a compacté la neige plus tôt. Miam, miam, la table est mise.

Au guidon de nos vélobèses, nous nous glissons au sein de ce tableau vierge. Notre objectif: couvrir le maximum de kilomètres pendant les deux heures dont nous disposons. Pour ce faire, notre duo père-fils exécutera une chorégraphie mille fois pratiquée lors de nos sorties estivales sur route: celle du rouleur-flingueur. En gros, ça consiste à baisser la tête et à pousser fort sur les pédales, sans se poser trop de questions.

La suite n’est qu’une succession d’images évanescentes, sur fond d’endorphines et d’adrénaline. Les sentiers mous qui mettent à rude épreuve – et vainquent parfois – notre équilibre. Les muscles de nos jambes qui pincent, puis brûlent, dans une côte nous donnant du fil à retordre. Notre cœur qui veut sortir de notre poitrine lorsque, au beau milieu d’une descente pas piquée des vers, nous stabilisons in extremis nos vélos joufflus.

Mais surtout, surtout, notre sourire béat à la fin de notre chevauchée échevelée d’environ 24 km. «Bien joué!» nous lançons-nous, moins fiers de l’effort accompli que du moment exceptionnel passé ensemble

À FAIRE

Ski hors-piste

Qui a dit qu’il était nécessaire de s’éloigner des grands centres pour goûter aux plaisirs de la poudreuse vierge? Le parc national de la JacquesCartier offre deux secteurs de ski hors-piste, pour un total de 1,5 km2 . Le secteur Belleau, d’un dénivelé de 300 m, est situé à un jet de pierre du centre de découverte et de services. Le secteur Matteucie, d’un dénivelé de 330 m, exige quant à lui une approche de 7 km. Un conseil: informez-vous préalablement auprès du parc afin de vérifier si ce secteur est bel et bien ouvert.
www.sepaq.com/pq/jac

ON RECOMMANDE

Pascal Le Boulanger

Visiter cette authentique boulangerie artisanale française quand on a un «petit» creux, c’est se condamner à commander une montagne de viennoiseries et de pâtisseries alléchantes, puis à sortir de la sympathique boutique en roulant. Sérieusement, c’est irrésistible. Et ça vaut amplement le détour.
www.pascalleboulanger.com

REPÈRES

Parc national de la Jacques-Cartier 103, chemin du Parc-National, Stoneham-et-Tewkesbury

www.sepaq.com/pq/jac

L’accès quotidien au parc coûte 8,50$ par adulte, mais est gratuit pour les 17 ans et moins. La location d’un fat bike durant quatre heures – ce qui est amplement suffisant – est de 39,50$, alors qu’il est de 56,25$ pour la journée.

Publicité