Publicité
Équipement

Pourquoi chausser des bottes de marche trop lourdes ?

15-07-2018

La botte de marche rigide et lourde fait peur à bien des coureurs habitués à une chaussure légère et à une grande liberté de mouvement. À l’autre extrême, les randonneurs qui s’aventurent vers de hauts sommets quelques fois par année ont souvent tendance à s’acheter de super bottes de marche qui sont trop lourdes pour rien lors de la petite randonnée du dimanche matin. La MQM (pour Moving Quickly in the Mountains) Flex, offre un entre-deux parfait pour filer rapidement au sommet des montagnes québécoises.

MontRoyalMerrell2_credit@bonnallie
credit@bonnallie

«Au départ, nous avons conçu cette chaussure pour les athlètes qui faisaient de la course en haute montagne sur un terrain très accidenté et très escarpé qui nécessite de faire un mélange de marche et de course», raconte Raphaël Massie, représentant des ventes chez Merrell.

On a d’ailleurs essayé la MQM Flex pour courir sur le mont Royal et effectivement, elle est un peu trop lourde et rigide pour être vraiment efficace comme chaussure de course de sentier. Par contre, à la marche et même, si on veut faire quelques pas de course à l’occasion pendant la randonnée, c’est parfait.

«C’est une chaussure adaptée pour la plupart des randonnées qui se font au Québec», ajoute Raphaël.

MontRoyalMerrell3_credit@bonnalliecredit@bonnallie

Technologie hybride

Pour obtenir une chaussure à la fois légère et sécuritaire en montagne, Merrell a allié les technologies des bottes de marche et des souliers de course.

«La semelle est plus adhérente qu’une botte de marche, le talon est coussiné et l’ajustement de la chaussure offre plus d’espace pour les orteils à l’avant pour qu’ils puissent bouger, comme c’est le cas avec un soulier de course», explique Raphaël.

Pour l’influence botte de marche maintenant, la chaussure est bien cintrée au cou-de-pied pour maintenir le talon au fond de la chaussure. Le pied est à l’abri des blessures causées par des branches et des cailloux grâce à une plaque insérée dans la semelle qui a tout de même une certaine souplesse afin de mieux suivre le sol qu’une botte de marche.

Vous êtes tentés, mais vous avez envie d’un bottillon pour plus d’imperméabilité ? C’est possible aussi.

En fin de compte, vous risquez de porter à souhait les MQM Flex de Merrell parce que c’est vrai qu’on marche généralement beaucoup plus souvent sur le mont Royal (ou Saint-Bruno !) qu’on part en longue randonnée dans les montagnes Blanches. Aussi bien le faire en toute légèreté !

MQM Flex, Merrell
www.merrell.ca