Accueil | Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter Suivez-nous sur Facebook VQ  velo.qc.ca 
Reportages

11 idées pour dormir autrement

30/03/2012

Photo:Au diable vert

Cantons-de-l’Est
Treegloo, et gloo, et gloo…

Non seulement la station de montagne Au Diable Vert est-elle admirablement située, dans la magnifique vallée de la Missisquoi et face aux montagnes du Vermont, mais encore compte-t-elle deux types d’hébergements rustiques qui se démarquent : des refuges dans les arbres et un treegloo.

Dans la première catégorie, les refuges Eagle’s Nest (quatre personnes au maximum) et Paradis perché (jusqu’à six personnes) sont respectivement situés à 4 et 5 m au-dessus du sol. Les deux sont équipés d’un poêle à bois, de lits avec matelas, et l’éclairage est fourni grâce à un panneau solaire.

Quant au treegloo, il s’agit d’un abri en coupole en matière synthétique, installé sur une plateforme surélevée. En forme d’igloo, il comprend deux lits avec matelas (maximum de quatre personnes), un poêle à bois, une table et une miniterrasse avec vue sur le mont Sutton.

À faire sur place : rando en solo ou guidée, ateliers de photo et de mycologie, séjour en camping, en tente prospecteur, en refuge ou en appartement de montagne.

À faire dans les environs : traversée des monts Sutton, excursion en kayak de jour ou à la pleine lune, vélo, pêche, équitation... (Gary Lawrence)

Repères
169, chemin Staines,
Glen Sutton. Tarif (deux personnes) : à partir de 80 $ la nuitée.
450 538-5639 ou www.audiablevert.ca




Photo:Entre cime et racine

Cantons-de-l’Est
Le Troglo, vous dites ?

Parmi la dizaine de chouettes écogîtes d’Entre Cîmes et Racines, on en compte un qui détonne et étonne : une petite habitation troglodytique qui semble sortie tout droit du Seigneur des anneaux.

Seul gîte du genre au Québec, le Troglo comporte un espace cuisine ainsi qu’un foyer et il peut accueillir quatre personnes. Construit entre autres en béton, il est en partie aménagé sous terre, couvert d’un toit végétal et il intègre les mêmes formes circulaires (embrasure de la porte, fenêtres, etc.) que la maison de Bilbo le Hobbit. Et comme dans la piaule du héros de Tolkien, il n’y a ici ni électricité ni eau courante.

À faire sur place : course au trésor dans un labyrinthe en forêt, randonnées, vélo, mycologie, etc.

À faire dans les environs : kayak, hébertisme aérien, rando dans les
Sentiers de l’Estrie, traitements en spa (quatre établissements à proximité)... (Gary Lawrence)

Repères
80, chemin Simard (via ch. Bellevue),
Eastman. Tarif (une ou deux personnes): 120 $ la nuitée.  1 866 297-0770 ou www.entrecimesetracines.com



Photo:Centre touristique du lac simon/SÉPAQ

Réserves fauniques et centres touristiques
Hékipia, une Huttopia en mode léger

Devant le succès monstre du prêt-à-camper offert par les tentes Huttopia dans les parcs nationaux du Québec, la Sépaq poursuit le déploiement du concept, mais dans le réseau des réserves fauniques et des centres touristiques.

Le modèle de tente retenu, l’Hékipia, ressemble en tous points à l’Huttopia (chauffage d’appoint, intérieur cloisonné, mobilier et équipement de cuisine, etc.), sauf qu’elle est plus petite – elle héberge quatre personnes au lieu de cinq –, mais dispose d’une plus grande plateforme avant. En tout, une quarantaine d’Hékipia ont été installées dans cinq réserves (Laurentides, Papineau-Labelle, La Vérendrye, Mastigouche et Saint-Maurice) et quatre centres touristiques (campings de la Baie-de-Percé et des Voltigeurs, Lac-Kénogami et Lac-Simon); elles s’ajoutent aux 244 Huttopia déjà installées dans les parcs nationaux. Évidemment, de nombreuses activités de plein air sont offertes autant dans les réserves que dans les centres touristiques. (Gary Lawrence)

Repères
Tarif : 109 $ la nuitée.  y 1 800 665-6527 ou www.sepaq.com




Photo:Roger l'ermite

Lanaudière
Des cabanes comme dans l’enfance

Ermites de tout poil, unissez-vous pour découvrir les habitations aussi rustiques qu’écologiques de Roger l’Ermite à Saint-Côme. Pour les construire, il a récupéré  le bois de la forêt, notamment des branches pour les rampes ou les crochets à l’intérieur de ses écogîtes, aussi aménagés avec éviers, chaises et accessoires recyclés. En utilisant la compolette (toilette à compost), vous contribuez vous-même à la régénération de la nature ! L’arbogîte Le Bercail, perché sur un promontoire rocheux, promet un séjour quasiment entre arbre et écorce, tandis que la Nichette (abri en bois de 2 m sur 6 m) est directement inspiré de la cabane dans les arbres de nos enfances. Dernier-né, le refuge La Vue (pour cinq personnes) est installé sur le haut d’une montagne, avec panorama ouvert grâce à de très grandes fenêtres. (Anne Pélouas)

Repères
Laissez-passer pour l’accès au parc régional de la Chute-à-Bull.
514 993-3567 ou www.chezrogerlermite.ca


Lanaudière
Kabania

Gilloux, Bayou, Cléa, Touski, Olatz... Elles sont neuf au total. Une belle gang de cabanes perchées à 2,5 m de hauteur dans les arbres de la superbe Forêt-Ouareau, dans Lanaudière, et qui portent les noms de leurs bâtisseurs. Depuis plus de deux ans, sous la houlette de Mathieu Gibeault et de Marie-Christine Tremblay, plusieurs dizaines de bénévoles de l’association Help-Exchange se sont relayés pour construire ces maisons un peu folles, inspirées par les voyages de Mathieu.

L’expérience démarre dès l’accueil. Une clé et un plan vous attendent et vous chargez vos bagages dans un petit chariot. Une courte randonnée sépare l’aire de stationnement et le site, juste le temps de changer d’univers et de pénétrer dans la bulle Kabania. Au milieu du village forestier trône la maison commune qui abrite sanitaires, cuisine moderne tout équipée et grande salle de détente. Kabania vient combler un besoin d’hébergement d’aventure dans la région, et envisage sa première année avec confiance, d’autant plus que Mathieu Gibeault a encore quelques belles idées derrière sa barbe... Et, dans la région, les choses à faire ne manquent pas : pourquoi ne pas essayer le parcours L’Escalarbre qu’offre Arbraska Rawdon, tout près, histoire de rester au sommet des arbres ? (Valérian Mazataud)

Repères
2244, chemin du Grand Duc, Notre-Dame-de-la-Merci. Tarif (deux personnes) : 65 $ la nuitée. Ouvert de juin à octobre et de décembre à mars.
819 424-0721 ou kabania.ca




Photo: le Rond coin

Mauricie
Dans une yourte mongole

Patrie du conteur Fred Pellerin, Saint-Élie-de-Caxton abrite aussi un charmant petit site de villégiature – le Rond Coin – avec sentiers pédestres, café-bistro et hébergements insolites dans un boisé, accessibles en quelques minutes à pied. Passé deux beaux chalets en bois rond et une tente prospecteur, on parvient à la yourte, mais pas n’importe quelle yourte : une vraie mongole ! La porte d’entrée, basse, est déjà savamment décorée. Tout comme l’intérieur, avec meubles traditionnels de yourtes mongoles : les deux lits et armoires, la table basse et ses tabourets sont en bois peint de couleur orange et de motifs floraux, donnant un cachet vraiment particulier à cette yourte dont on admirera aussi, une fois couché, les jolies armatures de bois. Le site compte aussi deux roulottes gitanes installées au bord de la rivière. On y attend l’arrivée d’une caravane marocaine, d’un bateau échoué en forêt et d’une grotte dans un conteneur… (Anne Pélouas)

Repères
Dans la grande yourte d’accueil, meublée de tables en bois récupéré et d’un grand comptoir à l’ancienne, on mange de délicieux « gridchises » tout en assistant à un spectacle intime.
514 704-1739 ou www.lerondcoin.com


Haute-Mauricie
Tipis Attikameks

« Blottie derrière les mots, aérée par l’haleine des lacs inconnus, caressée par une lumière qui se levait à même les chutes », ainsi écrivait Félix Leclerc pour décrire sa ville natale de La Tuque dans le roman Pieds nus dans l’aube. Aujourd’hui, la rivière Saint-Maurice et les activités pratiquées en plein air à longueur d’année attirent les visiteurs en grand nombre. Témoin, l’Auberge La Résidence, qui a vu son achalandage annuel passer d’une centaine à un millier de visiteurs lorsqu’elle a dressé trois tipis attikameks en 2006. C’est le patron lui-même, Yvon Crevier, qui a construit les structures de pin gris, hautes de 8 mètres. Chacun abrite 10 lits, et on s’endort autour du poêle, été comme hiver.

L’association de randonnée Kilomètre-Zéro vous emmène sur les traces que Félix a laissées alors qu’il avait 12 ans. Fondé en 1997, le club gravite autour de Claude Philibert, un (jeune) retraité de 55 ans, qui arpente inlassablement les sentiers du Cap pointu.

Si on a du temps, on s’aventurera le long des 47 km du Sentier de longue randonnée de la Haute-Mauricie, jusqu’à Rivière aux Rats. De trois à cinq jours de marche, sur un sentier balisé par un refuge et quatre campings. (Valérian Mazataud)

Repères
Auberge La Résidence, 49 places : chambres, dortoirs et tipis. Cuisines et douches collectives.
819 523-9267 ou www.aubergelaresidence.com

Carte des sentiers Kilomètre Zéro disponible au Bureau d’information touristique (Parc des Chutes-de-la-Petite-Rivière-Bostonnais).
819 523-5930 ; navette : 819 523-8134




Photo: Vieux loup de mer

Bas-Saint-Laurent
le Refuge du Vieux loup
de mer
C’est l’idée de deux bons gars, Martin et Jean-Luc : récupérer de vieilles maisons typiques laissées à l’abandon ou vouées à la démolition, les démonter pièce par pièce pour les remonter dans le bois, en haut d’une falaise dominant les îles du Bic. L’une d’elles a plus de 150 ans ! Dans leur nouveau décor d’exception, ces sept chalets sont plus que des refuges. Les deux compères les ont meublés avec goût d’antiquités, sans négliger le confort, télé comprise… bien que l’écran de la nature environnante suffira aux amateurs de plein air comme aux contemplatifs. Le parc national du Bic, avec son offre de randonnées pédestres et de sorties en kayak de mer, est à deux pas… (Anne Pélouas)

Repères
418 725-5214 ou www.vieuxloupdemer.com
Autres suggestions : camps rustiques de l’île aux Basques : la paix en plein milieu du fleuve (418 554-8636 ou www.provancher.qc.ca) ; maisonnettes de l’île aux Lièvres (1 877 867-1660 ou www.ileauxlievres.com).



Photo:Raphaël Guité

Gaspésie
des Yourtes les pieds dans l’eau

Il fallait avoir l’idée : ancrer quatre radeaux en carrés de 16 à 19 pi de côté entre deux bancs de sable de la baie des Chaleurs, au large de Carleton-sur-Mer, puis y « planter » des yourtes. Cet hébergement tout à fait insolite, proposé par l’entreprise Aventure Aux 4 vents, est encore assez peu connu, mais nul doute qu’il va faire fureur ! Imaginez-vous rejoindre votre yourte-radeau (pour deux à six adultes) en canot, kayak ou pédalo, puis passer la journée sur la terrasse, comme sur une île déserte au milieu de l’océan, et la nuit dans une yourte équipée comme une chambre d’hôtel-boutique. Ballottés par les flots, on dormira sûrement bien après avoir admiré les étoiles ! (Anne Pélouas)

Repères
418 364-3885 ou www.aux4vents.ca
Autres suggestions : les écologis sur pilotis et les tipis de Cime Aventure, à Bonaventure (1 800 790-2463 ou www.cimeaventures.com); les tout nouveaux et pimpants chalets de Valmont Plein Air, à Cap-Chat (418 786-1355 ou www.valmontpleinair.com).



Photo:parc de la Gatineau

Outaouais
Yourte rustique

Une yourte en toile d’inspiration mongole, ce n’est plus tellement original. Mais lorsqu’elle se trouve dans la partie la moins développée du parc de la Gatineau (secteur du lac Philippe), uniquement accessible par un sentier de randonnée de 3,5 km, voilà qui ne peut que plaire aux amateurs de nature paisible et d’intimité ! La yourte Wanakiwin est située tout près du lac Philippe, et ses voisins ne sont guère bruyants. Au mieux tomberez-vous, en ouvrant la porte de la yourte au petit matin, sur un chevreuil curieux... À l’intérieur, le grand confort : lits superposés (quatre couchages), poêle à bois, table à pique-nique et plaque de cuisson au propane (avec vaisselle fournie). Pas d’eau ni d’électricité, juste le minimum vital. Et dehors : un territoire d’une beauté à couper le souffle à portée de bottes ! Notamment la magnifique boucle des Cavernes, au départ du sentier 5 (au bord du lac Philippe) qui emprunte le sentier partagé, accessible aux marcheurs et aux cyclistes, puis mène à la caverne Lusk, une poche de marbre qui creuse le bouclier canadien depuis plus de 12 000 ans ! Plus loin, le sentier s’enfonce dans un sous-bois tapissé d’aiguilles de conifères avec des points de vue vraiment superbes sur des plans d’eau ponctués d’îlots. À découvrir dès cet automne. (Nathalie Schneider)

Repères
Centre des visiteurs du parc de la Gatineau : 33, chemin Scott, Chelsea.
819 827-2020, 1 800 465-1867 ou www.capitaleducanada.gc.ca/gatineau




Vermont
Une nuit dans la grange

Difficile pour une ferme de faire plus vermontois...  elle s’appelle Greenmont Farms ! Et on peut y passer la nuit dans une grange du XIXe siècle restaurée, entre une forêt et un troupeau de vaches dans leur pâturage, à deux enjambées du mont Mansfield. On n’y trouve plus de foin, mais beaucoup d’espace, un mur d’escalade et deux pièces : un atelier où le propriétaire, John Connell, retape de vieux canots de bois, ainsi qu’un « appartement » complètement isolé pour l’hiver. Celui-ci comprend une cuisine complète, une grande salle à manger, une salle de bain, une douche supplémentaire et une chambre à l’étage. On peut aussi dormir dans une chambre non isolée au-dessus de l’atelier et sur des mezzanines. Rencontre du confort et du charme rustique. Calme assuré… sauf pour les meuglements. (Bruno Lamolet)

Repères
Greenmont Farms, 17 Krug Road, Underhill, Vermont. À partir de l’autoroute 89 Sud, prendre la 2 Est, puis la 15 Est. À 4,5 km après Jericho, tourner à droite sur River Road, puis 4,4 km plus loin, tourner à droite sur Krug Road.
802 899-5141 ou www.greenmontfarms.com





Vous aimerez lire