Publicité
Équipement

Pleins feux sur les tentes ultralégères

06-10-2020

Tente Durston X-Mid

L’équipement ultraléger est à la mode. On peut maintenant randonner en parcourant de plus longues distances sans se briser le dos. « Moins que tu portes, mieux tu te portes ! », tel est le mantra de Marc-André Bilodeau, un aventurier de 25 ans.

De nos jours, une panoplie de tentes pèsent moins d’un kilo et certains modèles se vendent moins de 500 $. « On n’a plus besoin de se ruiner pour économiser quelques grammes », soutient James Brittain, directeur du design chez MEC. En optant pour des abris poids plume, on ne sacrifie plus la robustesse. Sur le plan de la solidité, les ultralégères se comparent aux tentes « ordinaires », nous confient les aventuriers expérimentés contactés par GPA.

Il faut toutefois faire des compromis. Pour les alléger, les manufacturiers réduisent au minimum la superficie de l’habitacle. Si vous êtes claustrophobe, vous risquez de souffrir ! Si vous êtes de grande taille, assurez-vous de regarder la dimension de l’espace intérieur si vous voulez dormir confortablement, car il n’existe pas de standard.

À la recherche d’une de ces tentes? C’est probablement en ligne que vous la dénicherez. « La plupart des boutiques de plein air proposent des tentes dites ultralégères signées par les grandes marques, mais elles ne sont pas ultralégères comme l’entendent les adeptes de longue randonnée », avertit Marc-André Bilodeau, qui a parcouru le SIA-Québec en entier. Ce sont de petites compagnies qui dominent ce marché de niche.

Afin de minimiser leur poids, la plupart des ultralégères renoncent aux arceaux. Ce sont les bâtons de randonnée qui servent d’armature. « Dès que j’ai découvert cette formule, je n’ai plus jamais traîné de tente traditionnelle », soutient Mathieu Jourjon, 27 ans, qui a parcouru le Pacific Crest Trail en 2016. Quelques centaines de grammes en moins et les montagnes sont à vous.

Des suggestions ? Marc-André Bilodeau a adoré sa Durston X-Mid 1P (200 $ US), qu’il a mise à l’épreuve sur le Great Divide Trail (Alberta–Colombie-Britannique). « Ses immenses vestibules sont des atouts, ainsi que ses compartiments de rangement. »

Quant à Olivier Blake, 39 ans, grand randonneur devant l’Éternel, il ne partirait plus sans la Fly Creek HV UL1, de Big Agnes (330 $ US). « Même après m’en être servi sur l’entièreté de l’Appalachian Trail, elle n’a pas pris une ride. » Les abris Zpacks suscitent également l’enthousiasme de la communauté des randonneurs au long cours.

Peut-être pourriez-vous essayer la tente MTrail (500 $) de la pousse québécoise Mount Trail ? Confectionnée avec la fibre Dyneema, le matériau de l’heure dans le monde du plein air en raison de sa légèreté, de sa résistance et son imperméabilité, elle promet d’être aussi légère que ses concurrentes américaines. À tester.

 

Publicité