Publicité
Reportage

Vivre la #vanlife

04-09-2019

Une route panoramique en boucle, de la nature abondante et des occasions multiples de jouer dehors : la Gaspésie possède tout ce qu’il faut pour un road trip parfait à bord d’un mini-campeur.

« Bon voyage ! » nous lance Nadia Ross alors qu’elle nous remet les clés de son bébé, la Rikiki. Depuis l’année dernière, cette Rimouskoise propose la location de cette maisonnette sur quatre roues, un Nissan NV 200 au design minimaliste et funky – mention spéciale aux illustrations colorées qui recouvrent la carrosserie, œuvres signées par un artiste local. Direction : la Gaspésie, dans le but d’en faire le tour par la mythique route 132. Un road trip d’une semaine entre mers et montagne que nous ponctuerons d’arrêts pour jouer dehors, bourrer nos cartes mémoire de photos et découvrir la péninsule. Un classique revisité, en quelque sorte.

C’est en Islande, où les caravanes Kangoo de Renault sont archicommunes, que l’idée de fonder Rikiki Campers a germé dans l’esprit de Nadia Ross. Deux ans plus tard, à la faveur d’une parenthèse professionnelle, elle la concrétisait. « Voyager en mini-campeur est économique : on épargne à la fois sur l’hébergement et sur les repas. Mieux encore, c’est pratique : on part à l’aventure au volant de sa maison », souligne-t-elle. La popularité de la #vanlife, disons-le, n’a pas nui au projet ; sur Instagram, au-delà de 4,3 millions de publications affichent le célèbre mot-clic créé en 2011 par un New-Yorkais qui a tout plaqué afin de vivre dans son Volkswagen Syncro 1987.

On le comprend, remarquez : la liberté inhérente à ce mode d’existence est grisante, même seulement quelques jours. Les déplacements se simplifient, tout comme l’horaire. Les heures passées à l’extérieur et en nature explosent – hormis pour dormir, on y passe tout son temps. Les choses les plus simples prennent un goût particulier. À La Rédemption, un village de 430 âmes situé à une heure de route de Rimouski, nous pique-niquons sur le parvis de l’église, à l’ombre des éoliennes du parc du Lac-Alfred. L’autobus scolaire vient de passer. Le soleil de septembre nous dore la couenne. Sur un panneau, l’inscription suivante : « Prière de faire bouillir votre eau avant de la consommer. »

En vérité, c’est le Spéos de la Fée qui nous attire dans le secteur. Cette grotte 100 % naturelle de 46 m de profondeur serait l’une des plus creuses du Québec, nous apprend Bruno L’Italien, un enseignant à la retraite qui joue dorénavant au spéléologue. En sa compagnie, nous partons à la découverte du sous-sol gaspésien, où une via ferrata a été aménagée. L’excursion, d’une durée totale de trois heures, inclut une progression verticale négative ainsi qu’une brève séance d’escalade sur une pente avoisinant les 80°. Baudrier, lampe frontale et gants sont fournis. Il ne manque qu’une petite laine – il fait cinq petits degrés Celsius dans les entrailles grommelantes de la bête.

Frigorifiés mais pas refroidis par notre aventure, nous reprenons le volant à destination d’Amqui. Nous traversons la Gaspésie champêtre de la vallée de la Matapédia, où des localités comme Saint-Agricole et Saint-Noël sont relativement épargnées par la frénésie touristique. Terminus : le bien nommé camping des Bois et des Berges de Val-Brillant, qui donne directement sur le majestueux lac Matapédia, où nous passons notre première nuit. C’est l’heure d’organiser l’habitacle de la Rikiki, un exercice essentiel à qui désire survivre à une semaine dans 4,2 m3. Le mot d’ordre : une place pour chaque chose et chaque chose à sa place.

Jour de pluie

Aujourd’hui, la baie des Chaleurs est un long poème triste. Un crachin tenace tombe depuis notre départ de la vallée de la Matapédia ce matin. Le ciel est bas. Les montagnes qui nous environnent s’y cognent la tête. Partout où nous regardons, le gris triomphe. Soupir. C’est décidé : nous mettons la hache dans nos activités du jour. Bye bye la sortie en kayak sur les eaux cristallines de la rivière Matapédia avec Nature Aventure. À la prochaine, découverte des sentiers de randonnée pédestre du mont Saint-Joseph, qui domine fièrement Carleton-sur-Mer. Nous en profitons plutôt pour nous rapprocher de Percé, notre prochaine destination.

Une vraie journée de pluie à bouffer des kilomètres. On se croirait dans Volkswagen Blues, le bouquin de Jacques Poulin. Sauf que nous, on court après rien, comme dans la chanson OK on part de Vincent Vallières.

Après 600 km à vadrouiller, la route a raison de notre détermination. C’est l’heure de s’arrêter. Mais où ? Les haltes routières provinciales ne sont pas une option : on n’est pas autorisé à s’y garer plus de quatre heures de suite. Et nous n’avons pas vérifié auprès des haltes et plages des localités environnantes si elles tolèrent le stationnement de nuit. Nous jetons finalement notre dévolu sur le mur dérobé d’une modeste église anglicane qui ne paie pas de mine. Le lendemain, un soleil radieux nous tire du sommeil. Bon débarras, la pluie.

La lumière du petit matin est la préférée de bien des photographes. Parlez-en à mon amie, alias kid kodak : elle saisit l’occasion de faire crépiter son appareil, un rituel qu’elle répétera toute la semaine, en dépit de la dette de sommeil cumulée ainsi contractée. L’enfilade de villages côtiers endormis et de baies splendides – incluant même une cimenterie controversée (À Port-Daniel-Gascons) – achève de nous réconcilier avec la baie des Chaleurs, « là où la vague se mêle à la grand-route », dixit Les sœurs Boulay, natives de New Richmond. Puis, au détour d’un virage dans les environs du village de Cap-d’Espoir, un morceau de terre détaché au large surgit. C’est l’île Bonaventure, lieu de résidence d’une colonie de fous de Bassan dont le taux de reproduction a dépassé 60 % en 2018, un chiffre jamais atteint depuis treize ans. Son voisin, le rocher Percé, attend sagement à ses côtés, prêt à essuyer les foudres de Nikon.

Des bayous en Gaspésie

Jean-François Tapp a réussi l’impossible : transformer une auberge bicentenaire en manque d’amour en un véritable camp de base pour amateurs de plein air. le jeune entrepreneur gaspésien venait d’entrer en possession de l’auberge Le Coin du Banc, près de Percé. Une course contre-la-montre s’était alors amorcée. Le but : retaper les lieux en vue d’y accueillir les premiers clients l’été suivant. « Ç’a été une année rocambolesque », nous confie-t-il en plein tour du propriétaire.

Le résultat final a de quoi rendre fier : l’auberge, rebaptisée Camp de base Coin-du-Banc, face au golfe du Saint-Laurent, a subi une cure de rajeunissement. Ses onze chambres, de même que sa salle à manger, sa cuisine et son salon de conférence, sont moins encombrées et plus fonctionnelles. L’endroit, néanmoins, n’a rien sacrifié de son charme d’antan, comme en témoignent les planchers qui chantent leur âge. On marche, sans se péter la gueule, sur la mince ligne entre la modernité et le passé. Au sous-sol, où règne un joyeux fouillis, on déniche des vélos à pneus surdimensionnés, des planches à pagaie, des combinaisons isothermiques. On ne manquera de rien pour jouer dehors.

Nous garrochons notre attirail dans nos quartiers – ce sera notre seul dodo hors van –, et nous allons à la découverte « d’un des plus beaux terrains de jeu du Québec », parole de Jean-François Tapp. Cap sur le barachois de Malbaie, auquel on accède après avoir longé le littoral en planche à pagaie, puis traversé le chemin de fer, celle-ci sous le bras. Au loin, on distingue sans peine le pic de l’Aurore et l’île Bonaventure, deux formations géologiques qu’on doit aux mouvements tectoniques et à la force de l’érosion, cet « artiste aveugle ». Dans le barachois, où la rivière Murphy termine sa course, nous pagayons dans des eaux peu profondes et stagnantes. On pourrait être en Louisiane. Il manque juste les crocodiles.

 

Des cailloux et des phoques

Au plus fort de la saison, jusqu’à 1000 personnes peuvent se bousculer aux tourniquets du Géoparc de Percé. En cette mi-septembre, la saison touristique tire toutefois à sa fin : quelques dizaines de visiteurs, tout au plus, arpentent la nouvelle attraction du coin. Ce site reconnu par l’UNESCO depuis 2018 suit les traces de cinq ères géologiques majeures, soit l’équivalent de 500 millions années d’histoire. On y trouve en outre 18 km de sentiers de randonnée, une plateforme vitrée suspendue, de même qu’une tyrolienne de 400 m qui permet d’atteindre la vitesse folle de 50 km/h. Avis aux as du volant : une visite de l’arrière-pays percéen par la route des Failles est un impératif, surtout si on a assisté à l’expérience multimédia Tectonik du Géoparc.

Comment différencie-t-on un phoque commun de son proche cousin, le phoque gris ? Par son museau, indique la guide de l’entreprise Cap Aventure alors que nous pagayons à la rencontre d’une échouerie de 500 de ces animaux marins dans la baie de Gaspé, à proximité du hameau de Cap-aux-Os. « Le premier, avec son museau court et plat, ressemble à un gros chien. Le second est plutôt doté d’une longue truffe, comme un cheval », explique-t-elle. Peu après, la « chasse » aux têtes sorties de l’eau débute. Au fur et à mesure de notre progression, des phoques joueurs viennent à notre rencontre. L’atmosphère est bon enfant. En arrière-plan, les rayons du soleil couchant caressent les falaises escarpées du parc national Forillon, là où les Appalaches plongent littéralement dans l’océan.

Sur la piste du caribou

L’expédition de kayak de mer s’achève ; les trois heures ont paru durer cinq minutes. Nous levons le camp dès notre retour sur la grève de Cap-aux-Os. En route pour le parc national de la Gaspésie, 200 km plus loin, en passant par la montée Laurencelle qui ceinture le parc national Forillon, où nous avons rendez-vous le lendemain matin avec un tout autre type de mammifère, le caribou des bois. C’est que depuis le début de notre périple, nous ne cessons d’évoquer le cervidé et son histoire tumultueuse. Présente dans la région depuis belle lurette, la bête peut se vanter d’avoir pesé lourd dans la décision de constituer un parc national provincial au beau milieu de la péninsule, en 1937. On comptait à l’époque à peine plus de 1000 représentants de cette sous-espèce de caribou des bois.

Malgré les efforts de protection, la perte d’habitat due à l’exploitation forestière et minière, puis plus récemment la prédation par l’ours noir et le coyote, ravage le troupeau gaspésien. Au tournant des années 2000, la population est estimée à quelques centaines d’individus ; le caribou est alors désigné « en voie de disparition » par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC). Près de vingt ans plus tard, on n’en recense plus désormais que quelques dizaines. La survie de cette sous-espèce est plus que jamais menacée ; si la tendance se maintient, c’est une question d’une ou deux décennies, prévoient les experts. De là notre désir de visiter le chevet de ce vénérable personnage qui peuple les hauteurs des massifs de la Gaspésie.

Pas de chance : au sommet du mont Jacques-Cartier, il nous fait faux bond. Pourtant, ce sommet dénudé l’endroit le plus propice pour observer les caribous dans le parc national de la Gaspésie. « Ce sera pour une prochaine fois », nous disons-nous, résignés, en entamant la descente de la deuxième plus haute montagne du Québec derrière le mont D’Iberville.

Nous passons notre dernière nuit en Gaspésie au camping Mont-Albert. Le lendemain, c’est le dur retour à la réalité. Déjà. À moins que… À l’aube, je me glisse à l’extérieur de la Rikiki, enfile mes chaussures de course sur sentier et m’offre une ultime escapade, sous la forme du sentier Le Tour-du-Mont-Albert à la course. Une boucle sportive de 18 km, sans conteste parmi les plus belles au Québec. Tout en haut du sommet Albert Nord, devinez qui j’aperçois ? Un indice : il possède un panache.

//

Quelques statistiques

7 jours

Durée du road trip.

1347 km

Nombre de kilomètres parcourus.

164,12 $

Coût de l’essence pour une semaine à bord de la Rikiki.

11

Nombre de restaurants Tim Hortons croisés sur la route.

 

Quelques bonnes adresses où se remplir la panse, boire un verre ou dévorer une poutine.

Marie4poches

On raffole des produits (pâtisseries, pains, barres énergétiques…) confectionnés avec passion et créativité dans cette pâtisserie-boulangerie. Ne vous laissez pas démonter par le bâtiment sans charme ; Marie4poches figure assurément parmi les boutiques gourmandes les plus recommandables de Sainte-Anne-des-Monts, voire de la Gaspésie.

4poches.com

La Paysanne

Pour casser la croûte, c’est à la cantine La Paysanne, sise à distance de marche du camping des Bois et des Berges de Val-Brillant, que ça se passe ; on y prépare les meilleurs sous-marins de l’histoire de l’humanité. Pas convaincu ? Sachez que l’établissement, malgré son aspect banal, est considéré comme un incontournable par les gens du coin.

418 742-3422

Brûlerie du quai

On craque pour ce café de la rue du quai, à Carleton-sur-Mer. Ambiance chaleureuse, vue imprenable sur la baie des Chaleurs, cafés qui font valser les pupilles gustatives : l’endroit est un havre de paix, particulièrement par journée de pluie tristounette. Mention spéciale à l’excellente sélection musicale, qui semble toujours de circonstance.

brulerieduquai.com

 

EN BREF

En partance de Rimouski, le tour de la Gaspésie en sens antihoraire.

ATTRAIT MAJEUR

La route 132, le fil conducteur de l’aventure, qui danse avec la mer et les montagnes de la péninsule.

COUP DE CŒUR

La Rikiki, dont le look ne manque pas d’accrocher le regard.

Pour en savoir plus

rikiki.ca

Publicité