Publicité
Actualités

Liberté pour l’Agwanagwasis!

04-03-2015

Elle a tant d’attraits, la Dumoine, avec sa quarantaine de rapides depuis le lac Manitou (km 68), lieu du départ de notre expédition, jusqu’à la rivière des Outaouais! Depuis le lac Machin où elle prend sa source au cœur de la réserve faunique La Vérendrye, elle serpente sur 144 km avant de se jeter dans la rivière des Outaouais. Frontière naturelle entre l’Outaouais et le Témiscamingue, c’est un vrai paradis de l’eau vive avec des sections se déclinant du R1 à la chute (Grande Chute avec ses 40 m de hauteur) et une étonnante diversité de paysages: vastes lacs poissonneux, sections marécageuses, passages sinueux et falaises, dont les falaises des Aigles hautes de 170 m.
Un bijou encore épargné des velléités d’exploitation intensive.

En cinq jours, nous aurons pagayé dans des ambiances se déclinant des Grands Lacs au bayou en passant par les Mille-Îles. Nous aurons vécu l’intensité magique de nous faire dropper en hydravion au milieu de nulle part, avec canots et bagages. De nous sentir, au fil des jours, entrer en relation intime avec les méandres de la Dumoine, ses grands pins blancs et rouges toujours debout, ses canyons étroits et ses chutes vertigineuses. Nous aurons connu les orages tonitruants, la fine bruine, le soleil ardent. Nous aurons joué en équilibre sur son courant inexorable. Et nous aurons planté notre tente sur des sites inoubliables.
Mais surtout, nous aurons parcouru autant le temps que l’espace, guidés que nous étions par quelques membres de la communauté algonquine de Wolf Lake, en Ontario. La rivière Agwanagwasis, de son nom en anishnabe, représentait une voie navigable importante pour les membres de la communauté de Wolf Lake; en témoignent les sites historiques qui parsèment encore ses berges.

Depuis plusieurs années, les Algonquins de Wolf Lake s’efforcent, sous l’impulsion de leur chef Harry Saint-Denis, de redonner un sens à ce territoire ancestral avec une stratégie de développement économique (fondée sur un accord de gestion entre sa communauté et le gouvernement du Québec) qui comprend un volet écotouristique: aménagement de sites de camping, balisage des portages et forfaits guidés sur la Dumoine (et d’autres rivières du Témiscamingue et de l’Ontario). Mais la pierre angulaire de ce développement, c’est aussi un projet de petite centrale hydroélectrique de 40 mégawatts qui appartiendrait à 51% à la communauté de Wolf Lake, s’opposant ainsi à l’ancien projet Tabaret d’Hydro-Québec de 150 mégawatts, abandonné dans les années 1990.

Le chef Saint-Denis insiste sur l’impact minimal de cette centrale sur la biodiversité du bassin versant. Territoire ancestral depuis des milliers d’années, celui-ci est d’ailleurs passé sous les débusqueuses des compagnies forestières dès la fin du XIXe, et on parle de nouveaux projets de coupe. Pour y faire face, la première nation de Wolf Lake tente d’instaurer, depuis deux ans, une série de mesures restrictives à l’exploitation industrielle qui y est menée (hors du territoire protégé), en concertation avec le ministère des Ressources naturelles et de la Faune: l’Algonquin Carbon Project, ce sont des mesures visant à contrôler ce qui est fait en matière de coupe, à fixer des droits d’émission de carbone dans le territoire de la Dumoine et à aller dans le sens d’un développement socio-économique durable, pour le bénéfice de la communauté de Wolf Lake.

Objet de convoitises industrielles et de revendications territoriales des Algonquins qui y vivent depuis 8000 ans, la Dumoine pourrait être une des premières rivières sauvages du Québec à défendre l’équilibre précaire du tout en résistant à l’exploitation massive et en se prêtant à l’écotourisme, voie du développement durable. Logique: le statut de réserve aquatique attribué à une partie de la rivière en dit long sur la qualité exceptionnelle de son milieu.

Repères
L’Algonquin Canoe Company propose divers forfaits d’expédition guidés sur la Dumoine, la Coulonge, la Kipawa, etc., comprenant un volet d’immersion culturelle algonquine. Location de canots et de kayaks. Hébergement en camping, en chalet, en yourte ou en tipi. Algonquin Canoe Company: 5, avenue Riordon, Témiscaming. Info: 819 627-3628 ou www.algonquincanoe.com. Tourisme Abitibi-Témiscamingue : 1 800 808-0706 ou www.tourisme-abitibi-temiscamingue.org 

Publicité