Publicité
Actualités

Nature Québec demande la réouverture des parcs nationaux

04-05-2020

Randonnée dans le parc national de la Pointe-Taillon

 

L’organisation environnementale Nature Québec demande au gouvernement de rouvrir les parcs nationaux du Québec dans le respect des consignes de distanciation physique.

Cette réouverture permettra, dixit l’organisme, à la population d’avoir un meilleur accès à la nature, une nécessité durant la crise sanitaire.

Les 24 parcs nationaux gérés par la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) demeurent fermés pour le moment. Aucune date n’est prévue pour une éventuelle réouverture.

« On s’explique mal pourquoi les gens peuvent aller magasiner dès aujourd’hui dans les commerces presque partout au Québec, alors qu’ils ne peuvent pas aller marcher en sentier dans un parc national où la distanciation physique est beaucoup plus facile », dénonce Alice-Anne Simard, directrice générale de Nature Québec.

Pourtant, la science est claire sur les impacts positifs des espaces naturels sur la santé physique et mentale. « Les études montrent que les promenades en nature diminuent les symptômes d’anxiété et de dépression, le stress et la fatigue mentale. L’accès à la nature est une mesure de santé publique que le gouvernement doit favoriser et est en phase avec les arguments qui justifient ses politiques de déconfinement, surtout pendant une crise anxiogène comme celle que l’on vit présentement », explique Mme Simard.

Dans les zones urbaines, le confinement a grandement limité l’accès aux espaces naturels, privant les individus des effets bénéfiques d’un contact avec la nature. « Avec l’arrivée du beau temps, les règles de distanciation physique deviennent presque impossibles à respecter dans les espaces verts en ville. Les trottoirs, les rues et les parcs urbains débordent. La réouverture des parcs nationaux est essentielle pour donner un meilleur accès à la nature dans toutes les régions du Québec », affirme Mme Simard.

« Nous comprenons qu’il est plus difficile de respecter les consignes en refuge ou en chalet, mais cela est tout à fait possible en sentiers. Nous sommes capables de respecter les règles de distanciation physique pour que les gens puissent s’acheter de jeans, et nous serons capables de les respecter pour que les gens puissent se promener en forêt », conclut Mme Simard.

 

Publicité