Publicité
Actualités

Profession: Guide de kayak en Antartique

28-11-2018

À peine une trentaine de guides de kayak de mer travaillent en Antarticque durant la saison estivale, et le Québécois Michael Callaghan fait partie de ce club sélect.

En janvier dernier, le Septilien d’origine a pris la route d’Ushuaïa, base d’opérations argentine de la compagnie canado-américaine Quark Expeditions, qui se spécialise dans les aventures et expéditions sur le continent blanc durant l’été austral.

Kayak antarctique

De là, le bateau sur lequel il serait appelé à vivre s’est dirigé vers la péninsule Antarctique et l’archipel des îles Shetland du Sud, où la vaste majorité du tourisme antarctique se concentre. Ce cycle, il l’a répété à intervalles réguliers, au fil des allées et venues des touristes, des jeunes, des couples et des aventuriers âgés de 20 à 70 ans. « Cela faisait cinq ans que je tentais de me faire embaucher. Il y a une forte compétition pour ces rares postes », explique celui qui pagaie, enseigne et guide depuis plus de 15 ans.

Pendant deux mois, son quotidien a consisté à guider des groupes de kayakistes sur les eaux antarctiques. Une expérience certes exigeante – les conditions météorologiques y changent en autant de temps qu’il ne faut pour le dire – mais hautement stimulante. « Voguer sur ces mers stimule tous les sens. C’est véritablement le dernier grand espace sauvage où la présence humaine est minime», souligne-t-il. En tout, il n’a côtoyé rien de moins que sept espèces différentes de manchots!

Kayak antarctique

La vue de ces oiseaux palmipèdes de l’Antarctique l’a néanmoins conscientisé à l’influence des changements climatiques dans cette région éloignée. « Le réchauffement des eaux du Sud et la baisse de la couverture de glace sur la mer affectent leurs populations. Lorsque nous comparons les photos des différentes colonies au cours des saisons, nous constatons de larges variations dans les effectifs», regrette-t-il. Avis aux climatosceptiques…

Cet hiver, Michael Callaghan aura l’occasion de tremper à nouveau sa pagaie entre les icebergs gigantesques. Son mandat s’étendra cette fois de novembre à mars. «Je veux continuer à y retourner tant qu’on m’en laissera la chance. Pour moi, c’est l’accomplissement du rêve d’une vie», conclut-il.

www.quarkexpeditions.com

Publicité