Le « Far West » de l’Outaouais

  • Le Rocher à l'oiseau Crédit Anne Pélouas

Le Pontiac, c’est un territoire peu peuplé, coincé entre la majestueuse rivière des Outaouais et les forêts profondes du Bouclier canadien. Quand on s’y rend, on a l’impression de partir à l’autre bout du monde. Et pourtant, on ne se trouve qu’à une heure de route de Gatineau. Bienvenue dans le Far West du Québec, un territoire encore à défricher par les amateurs de plein air.

Vous connaissez la « civilisée » région de l’Outaouais avec sa panoplie d’activités de plein air, mais dans le Pontiac, oubliez les foules et les autoroutes. Même les dépanneurs et les stations-service ne courent pas les rues. Peut-être n’avez-vous jamais entendu parler, comme moi, de Sheenboro (population de 113 habitants), d’Otter Lake (929 habitants) et de Rapides-des-Joachims (154 habitants). Tout cela a piqué ma curiosité, et je n’ai pas été déçue. J’ai découvert que ces localités constituent des portes d’entrée privilégiées pour accéder à une nature indomptée, avec des forêts et des rivières encore peu fréquentées.

Dans les campings de la région, on plonge dans un univers un peu cow-boy. Les roulottes et les caravanes motorisées sont souvent la norme, et les petites tentes, l’exception. N’y cherchez pas une avalanche de « services » ni de toilettes quatre étoiles. Toutefois, les emplacements de ces campings, la plupart jouxtant la rivière des Outaouais, valent le déplacement pour y séjourner quelques nuitées.