Publicité
Été, Québec, Randonnée

Saint-Narcisse-de-RimouskiSentiers édéniques aux portes de l’enfer

30-04-2017

Si j’avais su ce qui m’attendait, j’aurais porté mon cuissard de vélo, avant d’entreprendre ma randonnée à pied dans le parc du Canyon des Portes de l’enfer. Parce qu’en découvrant sa grande beauté, je suis tellement tombé sur le derrière que j’aurais eu besoin d’une protection matelassée au bon endroit.

Perdu dans le fin fond du Témiscouata, ce parc méconnu mérite véritablement le détour. Aménagé le long de la tumultueuse rivière Rimouski, il compte une quinzaine de kilomètres de sentiers très bien aménagés et ultra accessibles, bordés d’ifs et d’épinettes, avec vue en plongée sur le fond d’un vertigineux canyon étroitement encaissé, à 90 m en contrebas. Les 300 marches de la Descente aux enfers permettent d’ailleurs de s’y rendre tout en longeant une ravissante chute en escalier, dont le bruit assourdissant a valu son nom au canyon, quand les draveurs s’en approchaient, debout sur leur billot, au temps jadis. Aujourd’hui, on s’y sent surtout au septième ciel, qu’on longe le canyon ou qu’on l’enjambe, grâce à l’immense passerelle en bois.

En prime, dans le secteur de la chute du Grand Sault, on a aménagé le « sentier enchanté des Portes d’Oniria », un chouette parcours multimédia où on part à la rencontre du roi Castor et de son immense cabane, d’un draveur emprisonné, de naïades et de nains, le tout avec de jolies percées sur les splendides méandres de la rivière Rimouski.
 

Repères
Canyon des Portes de l’enfer
1280, chemin Duchénier, Saint-Narcisse-de-Rimouski
Géré par une OSBL, le site du Canyon compte un service de restauration, un camping sauvage (14 emplacements)
et une piste de vélo de 8,5 km. Activités de soirée autour de la chute du Grand Sault éclairée, circuit de géocache, labyrinthe en bois, panneaux d’interprétation sur la drave.
418 735-6063 ou
www.canyonportesenfer.qc.ca
Publicité