Publicité
Activité aquatique, Été, Québec

Une arrivée remarquée à Québec!

14-08-2017

L’effervescence qui se dégageait sur la plage de la baie de Beauport, à l’arrivée, était synonyme de réussite et de satisfaction. Une fois de plus, le défi kayak a remporté son pari.

À LIRE ÉGALEMENT:
Sur le fleuve, contre vents et marées (ou presque)
Défi kayak Desgagnés 2017: une lancée inusitée cette année

Il n’a guère fallu de temps pour qu’un vent d’ouest propulse, devant Cap-Santé, les pagayeurs vers leur destination finale. Le fleuve, qui s’était montré jusqu’alors relativement clément pour le groupe, s’est chargé de rétablir sa réputation, tout en offrant une dose de dépassement aux participants. Devant Donnacona, les vagues atteignaient presqu’un mètre, heureusement en direction de Québec. Certains les surfaient, d’autres s’en méfiaient, mais somme toute l’équipe de sécurité, composée d’intervenants en zodiacs et d’encadreurs en kayak, a donné confiance par sa présence et son professionnalisme. Rapidement, les voiliers cambrés par le fetch devant la marina de Neuville nous ont salués, alors que nous mettions le pied à terre une dernière fois avant l’ultime consécration.

Gonflée à bloc, l’armada d’embarcations s’est dirigée vers les ponts de Québec, dans des conditions idéales : le vent s’était calmé, et le courant augmenté par le rétrécissement marqué précédent la capitale nationale aidait la progression. Sous les structures, l’écho des cris de joie signifiait l’arrivée prochaine, mais surtout la fierté entièrement partagée d’avoir presque franchi cette route maritime à l’aide de nos épaules.

Devant les traversiers, puis le château Frontenac, les encouragements terrestres se mêlaient aux cris de kayakistes, fébriles d’accoster et de dire mission réussie. Les derniers coups de pagaie, difficiles faut-il l’avouer, s’oubliaient peu à peu devant la plage bondée où nos proches s’étaient réunis pour nous féliciter. La proue touchant le sable, les accolades et poignées de main se sont effectuées la buée dans les yeux, tant l’émotion était à son paroxysme.Même s’il s’agit d’un dépassement de soi important, l’adrénaline, de même que l’immense sentiment d’accomplissement au terme de l’aventure, faisaient déjà promettre que nous répondrions présents l’an prochain.

Est-ce le cachet « de luxe » de l’expédition (douches, repas concoctés du matin au soir) qui permet de s’embarquer dans cette aventure un peu folle, faut-il le rappeler? Peut-être. Mais l’énergie qui se dégage le long du périple vaut à elle seule la participation, et s’engager à amasser des fonds envers les Jeunes musiciens du monde multiplie assurément la fierté déjà gargantuesque au terme de chaque étape.

Galerie

Une arrivée remarquée à Québec!

Publicité