Publicité
Archives

À bord du Midnight Shadow

29-07-2015

Il y a de ces moments, comme ça, qui vous propulsent dans un espace parallèle, un de ceux que vous n’auriez jamais cru vivre un jour. Parce qu’il n’est pas programmé pour figurer dans votre parcours présumé. Parce que rien ne doit vous y conduire – selon la sacrosainte loi des probabilités.

Mai 2015. Un message de Helly Hansen. L’entreprise norvégienne a bâti sa réputation sur ses vêtements techniques pour le ski et la pêche, et construit sa légende autour de son charismatique fondateur éponyme. Ils ont toujours quelque chose de drôle à vous proposer, ces Scandinaves (la dernière fois, ils m’ont amenée au sommet du Kilimandjaro pour tester leurs Lifa, des sous-vêtements ultra-performants). Cette fois-ci, ils m’invitent tout de go sur le Midnight Shadow. Le prétexte? Éprouver l’efficacité de l’équipement waterproof.

– «Ever catched a Cod?
– Mhmm
– Ever seen Cold Water Cowboys, on Discovery Chanel?
– …
– Come on!
– OK
»

Je suis comme ça, moi. Impossible de résister à entrouvrir une porte devant laquelle je serais passée sans la voir si on ne m’y avait pas invitée.
Tout de go, donc, sur le Midnight Shadow.
C’est le nom du fameux bateau de pêche commercial basé à Twillingate, au nord de Terre-Neuve, qui sert de décor «authentique» à cette série on line qui a invité, durant deux saisons (la 3e est en cours de tournage) des milliers d’internautes à vivre le quotidien de ces aventuriers de l’Atlantique Nord fait de tempêtes, d’icebergs et de grands cétacés.

Sur place – en pleine tempête estivale (-1 degrés, vent d’ouest persistant), je réalise que le succès de la série tient beaucoup au capitaine du bateau : Richard Gillett, un M. Hulk, attachant comme pas deux, et qui carbure à l’adrénaline d’extraire la morue de son repaire. Tout comme son père avant lui – et son fils après.

Dans ce village réputé pour être l’Icebergs Alley de Terre-Neuve, j’ai la vague impression de pénétrer dans The Perfect Storm (oui, oui, avec George Clooney) et ses rebondissements dictés par une loi martiale : la météo.

Sur le bateau, les hautes technologies commandent le poste de pilotage. Mais les écrans radar ne sont que l’instrument mis au service du flair du capitaine. Aussitôt les lignes lancées à l’eau, la morue rapplique. La politique de restriction des pêches, entamée au début des années 1990, a porté : les stocks de pêche sont revenus à un taux plutôt satisfaisant, selon l’Institut océanographique de Bedford, en Nouvelle-Écosse.

En moins de 30 minutes, nous aurons ainsi attrapé une bonne dizaine de morues de 20 à 25 livres chacune. L’une d’elles, d’ailleurs, arrivera à bord, tronquée de moitié à cause de l’avidité de son prédateur : le requin des eaux froides de l’Atlantique Nord. Durant la navigation, nous aurons droit, en prime, au ballet incessant d’un rorqual et de son veau, et d’une dizaine de dauphins s’épivardant sous l’étrave du navire.

Helly Hansen, lui-même, aurait certainement tripé…

Repères:
www.discovery.ca/Shows/Cold-Water-Cowboys

http://www.hellyhansen.com

Publicité