Le plus vieux club de marche de France: une rando sérieuse (1ère partie)

Alors que la campagne électorale fait rage en France (et que la visite de Marine Le Pen divise les Marseillais en ce dimanche de mars), je vais prendre le pouls d'une toute autre campagne, celle du massif des calanques.

Et pas en moindre compagnie! Avec quelques membres du plus vieux club de marche bénévole de France, fondé en 1897 (3 ans après l'illustre Club Alpin Français): les ‹Excursionnistes marseillais›. Très actifs sur les sentiers (rando) et les parois (escalade), ce regroupement de bénévoles propose aussi des balades à saveur architecturale, notamment le long de la «Corniche» (la route longeant la côte marseillaise d'est en ouest). «Les excurs – selon l'expresion unanimement partagée par les membres du club – c'est une grande famille!», entend-on ça et là. Sûr, dès les premiers échanges, l'ambiance est à la fête et le tutoiement, de rigueur.

Si 80% des 800 membres du club ont entre 50 et 80 ans (une poignée ont même plus de 90 ans!), certains parviennent à faire baisser la moyenne d'âge, comme Karina, originaire de Strasbourg et aide-soignante pour l'Armée française mutée récemment à Marseille. «Avec le club, je peux faire des randos en toute sécurité et, en prime, je socialise!», explique la trentenaire. Beaucoup socialisent ainsi depuis très longtemps, comme Martine qui sort avec les Excurs depuis 30 ans!

Alors, moi, je socialise, en cette belle journée d'hiver, en débutant une belle randonnée de 24 km qui doit nous amener à traverser plusieurs calanques (Pierres-Tombées, Sugiton, Morgiou, Sormiou, Cortiou, Escu, Podestat, et Marseilleveyre) avec une douzaine d'Excurs enthousiastes.

Voilà que nous passons le 1er des cinq cols prévus en cette journée, le col Ricard. De là, on gagne une vue plongeante sur la ville tentaculaire de Marseille, avec la complexe universitaire de Luminy au premier plan (architecture, beaux-arts, sciences, informatique). Heureux étudiants qui disposent, dans leur cour arrière, d'un tel espace privilégié! (J'en connais personnellement plusieurs, inscrits à ces universités, qui ont passé plus de temps à arpenter les collines qu'à potasser sur le banc des amphithéâtres! )

En descente sur le sentiers des 13 Contours (ainsi nommé pour ses treize lacets successifs), j'en profite pour interroger le groupe sur la création imminente du parc. «Le parc?, j'entends dire, c'est plus un parc d'attraction qu'un parc national!» Tiens? Les "vieux randonneurs" de Marseille verraient d'un mauvais oeil ce projet qui fait tant de bruit, et dont on parle depuis plus de 10 ans? Difficile, pourtant, d'en connaître les vraies raisons, cette animosité tient davantage d'un vague sentiment de dépossession; on ne sera plus chez nous… qui sait s'ils ne vont pas construire des habitations privées dans les zones tampons du parc, d'ici 10 ou 20 ans? Faut dire que ces infatigables marcheurs n'ont guère besoin d'un parc national et de sa flopée de règlements pour savoir comment se comporter sur ses sentiers! Depuis Morgiou, nous évoluons à présent sur un sentier «en balcon» au-dessus de la Méditerranée dont les flots miroitants nous lancent des oeillades bleutées.

À mesure que nous multiplions les passages de cols, les conversations se font plus rares, comme étouffées dans l'essoufflement que nous réservent certaines montées raides (comme celle du col de Lacelle) et par une chaleur de plomb dans quelques zones abritées (nous sommes fin février!), Abdu, guide bénévole aux Excurs, me raconte son parcours étonnant: Tunisien de naissance, il s'engage dans la marine française, devient officier, voyage dans le monde, apprend 8 langues (dont le japonais) et se fixe à Marseille pour une retraite active. Il évoque Jean Devret, grand connaisseur des calanques, qui lui a légué ses histoires avant de mourir à 82 ans. Il parle de la fameuse Mimi Rossi, et de sa forme physique étonnante à 80 ans, qui arpente le massif avec la même passion alerte qu'autrefois. Les calanques de Marseille renfermeraient-elles, à l'instar de la vallée tibétaine, un inexplicable secret de jouvence?

Repères: les Excursionnistes marseillais proposent des sorties en nature (ou en ville) chaque jour de la semaine (et plusieurs sorties, de différents niveaux, sont au programme quotidiennement). Un calendrier trimestriel d'activités est envoyé sur demande par courriel. Aucune réservation n'est nécessaire, et le tout est entièrement gratuit. Info: www.excurs.com.