PRÉSENTÉ PAR TOURISME LA TUQUE
Destinations | Ski alpin

Skier sans se ruiner

Ski La Tuque sort le grand jeu pour séduire les amateurs de glisse résidant à plus de 100 kilomètres de la montagne.

Voyager à vélo

photo : Jacques Sénnéchael

La sécurité avant tout
– Pour éviter les accidents, assurez-vous d’être vu des automobilistes. Au soleil couchant ou à la brunante, portez des vêtements fluo munis de bandes réfléchissantes. Déguisez-vous en sapin de Noël, s’il le faut! Vous pourriez aussi installer de petites lampes DEL au guidon ou au tube de selle de votre vélo ou encore, vous équiper de pneus à bandes réfléchissantes.
– Une trousse de premiers soins est essentielle, même en zone urbaine. La clinique ou le centre d’aide le plus proche peut se trouver à plusieurs kilomètres. Par conséquent, prévoyez le nécessaire pour pouvoir vous débrouiller temporairement: pansements, gazes stérilisées non adhérentes, brosse stérile (pour nettoyer une plaie souillée de sable ou de petits cailloux). Placez le tout dans un sac Ziploc, et vous voilà muni d’une indispensable trousse d’urgence.

Remorque ou sacoches?
La remorque
Ses avantages:
– Offre une capacité de stockage supérieure;
– Permet un chargement facile;
– Garantit une excellente stabilité en terrain accidenté
(la charge se trouvant près du sol).

Ses inconvénients:
– Augmente les risques de crevaison
(plus de roues, donc plus de risques);
– Réduit la maniabilité dans les virages serrés;
– Rend les montées plus difficiles;
– Constitue une source d’encombrement supplémentaire dans le transport (avion, bus, train);
– Nécessite de bonnes aptitudes de freinage.

Les sacoches
Quel que soit le type de sacoches que vous utilisez, voici quelques conseils à retenir:
– Glissez d’abord dans vos bagages les objets les plus lourds;
– Installez les sacoches le plus près possible du sol;
– Voyagez léger.

Attention de bien choisir le système de fixation. Les sacoches doivent, bien entendu, se décrocher facilement, mais seulement lorsque vous le désirez.

Pour stationner votre vélo et sa lourde cargaison, prenez l’habitude de le coucher pour éviter qu’il tombe.

Répartir le poids
Le poids doit être réparti de façon à vous assurer un maximum de stabilité. Cette étape, essentielle à votre sécurité, exige beaucoup de minutie et d’expérience. Un déséquilibre peut en effet se révéler très dangereux.

Placez de préférence les sacoches avant contre l’axe de direction de votre vélo et glissez les objets les plus lourds tout au fond. Vos bagages sont bien équilibrés si vous pouvez rouler aisément sans poser les mains sur le guidon. Même si vous êtes lourde­ment chargé, la direction doit rester souple et centrée.
Rangez les articles plus légers et plus encom­brants (votre sac de couchage, par exemple) dans les sacoches arrière. Répartissez environ de 60 %
à 70 % du poids à l’avant, et le reste à l’arrière.

Attention! Une charge placée trop haut par rapport à la selle augmente les risques de chute et de glissade. Par ailleurs, un surplus de poids à l’arrière impose une charge excessive à la roue arrière, qui doit déjà vous porter, et le cadre pourrait grincer si vous tirez trop fort dans les montées.

Beau temps, mauvais temps
On ne choisit pas le temps qu’il fera, alors mieux vaut être prêt à toute éventualité!

Sous la pluie
Les routes deviennent glissantes et les freins répondent moins bien. Dans ce cas, il n’y a qu’à rouler moins vite et à anticiper les ralentissements. L’idéal reste le freinage progressif: actionnez doucement les freins pour sécher la jante, puis appuyez ferme. Mieux vaut plusieurs coups progressifs qu’un long freinage régulier. Relâchez après quelques secondes et reprenez au besoin.
Les freins à disques fonctionnent bien sous la pluie, pourvu qu’il y ait sur votre parcours des boutiques spécialisées pour une mise au point.

Les bagages deviennent trempés. Les sacoches imperméables coûtent cher, mais vous garantiront un équipement 100% étanche malgré le déluge. Sachez toutefois qu’à la longue elles peuvent dégager de mauvaises odeurs. Un conseil: placez vos effets personnels dans des sacs de plastique et munissez-vous de protège-sacoches.

Face au vent
En présence d’un vent de face, adoptez la formation en V des oiseaux migrateurs, si vous roulez à plusieurs. N’oubliez pas de relayer l’«oiseau de tête», qui fait tout le travail.

Pour éviter les frictions
Enfilez un cuissard parfaitement ajusté à votre corps pour minimiser les frictions et l’inconfort. Vous pourriez aussi appliquer la crème antifrottement NOK Renforcer avant le départ.

Un onguent multiusage
Courbatures, tensions musculaires, maux de dos ou
de tête sont bien connus des cyclotouristes. Le fameux onguent Tiger Balm peut aider à soulager la douleur et l’inflammation.

Pour être fin prêt
Pour apprécier pleinement les plaisirs du cyclotourisme, vous devez avoir un minimum de connaissances techniques et savoir, entre autres, comment changer un pneu, régler les vitesses et les freins ainsi que faire l’entretien et les réparations de base sur votre vélo.

Des cours de mécanique sont offerts dans les boutiques de plein air, chez les marchands de vélos ainsi qu’auprès de l’association Vélo Québec (www.velo.qc.ca).