Publicité
Destinations, Québec

Centre de ski de fond Richmond-Melbourne

22-12-2005

Au sympathique petit Centre de ski de fond Richmond-Melbourne, on a la vague impression de retourner dans les années 1970, à une époque où la pratique du ski de fond incitait surtout à se promener en forêt en hiver. Depuis, les choses ont bien changé. Le lycra et les skis à base synthétique ont fait leur apparition sur les pistes. Mais à ce centre de ski de fond, on a su garder une certaine authenticité. Ici, contrairement à ce qu’offre la majorité des centres de ski de fond au Québec, la plupart des pistes sont simples et unidirectionnelles. Entretenues mécaniquement à l’ancienne, c’est-à-dire avec une motoneige, ces étroites pistes garantissent aux fondeurs une intimité et un rapport plus étroit avec la nature.

Les amateurs de cardio apprécieront l’anneau d’entraînement d’un kilomètre pour pratiquer le pas de patin. Le terrain est vallonné, et quelques raidillons suivis d’agréables descentes agrémentent l’aventure sur les planches. Une petite montée mène à une tour de télécommunication d’où l’on peut observer la vallée de Melbourne, un magnifique panorama appalachien tout en rondeurs, formations typiques de ce coin de pays. Quelques modestes haltes jalonnent les pistes.

Il est intéressant de noter que ce centre de ski de fond ne pourrait exister sans la bonne volonté des propriétaires voisins. En effet, comme plusieurs pistes passent sur leurs terres, la bonne entente est de rigueur. Un bel exemple dont pourrait s’inspirer la bourgade perturbée de Val-David…

Un brin d’histoire
En 1799, une première vague de pionniers d’origine irlandaise quitte la Nouvelle-Angleterre (après avoir connu la famine en Irlande) pour s’installer dans la région, sur les bords de la rivière Saint-François. La municipalité de Melbourne est reconnue pour sa campagne bucolique, ses édifices en brique et ses toits d’ardoise, une spécialité de la région. L’un des plus importants peintres canadiens, Frederick Simpson Coburn (1871-1960), un natif du coin, a su peindre avec talent les beaux paysages de sa région. L’une de ses célèbres toiles représentant Melbourne et son paysage champêtre figurait au verso du billet de 2 $ imprimé de 1954 à 1969.

Au pays de l’ardoise
Le Canton de Melbourne est reconnu pour ses anciennes mines d’ardoise, une industrie jadis florissante dans ce coin de pays. Tout près de Melbourne, au petit village de Kingsbury, de superbes résidences d’allure victorienne à toiture d’ardoise nous rappellent cette époque. À la sortie de ce hameau de 157 habitants, se dresse tout près de la route, une ancienne mine d’ardoise.

………………………………..
NOS TROUVAILLES

Moulin à laine d’Ulverton
210, chemin Porter, Ulverton
(819) 826-3157, www.moulin.ca
Ce musée retrace la présence de tisserands écossais qui ont émigré dans les Cantons-de-l’Est. Autour du bâtiment datant du milieu de XIXe siècle, des sentiers se prêtent à la pratique de la raquette. Possibilité de les parcourir en carriole tirée par
es chevaux.

Auberge Beechmore
310, chemin de la Rivière, Richmond
1 866 888-5161, www.beechmore.com
Pour un retour dans le temps, allez faire un tour à l’auberge Beechmoore, un magnifique relais victorien. Le charme d’une autre époque opère.

Centre d’interprétation de l’ardoise
5, rue Belmont, Richmond
(819) 826-3313
Ce centre d’interprétation de l’ardoise est situé dans une église datant de 1889. Ouvert de la mi-mai à la mi-octobre. Visite guidée.

REPÈRE
Centre de ski de fond Richmond-Melbourne
70, chemin Lay, Melbourne
Info: (819) 826-3869

Comment s’y rendre : Prendre la 20 Est jusqu’à la sortie 147. Poursuivre sur la 116 Est. Le centre de ski est à droite, juste après l’autoroute 55.

Publicité