Crapahuter en famille

Gaspésie
La yourte où tout baigne

Quand Fiston et moi sommes embarqués dans le petit canot, il faisait déjà nuit. La lune s’était hissée un peu plus tôt, la peau sombre du ciel était percée de millions de pores lumineux, et le barachois de Carleton était lisse comme un miroir. Un miroir duquel surgissaient trois yourtes, dont la nôtre, difficilement repérable malgré sa toile blanche et les torches électriques installées dans les angles de la plateforme flottante.

Quinze minutes de coups de pagaie plus tard, nous prenions possession de notre insolite chambre circulaire, stable et judicieusement déposée sur l’onde: une authentique tente mongole, tout équipée avec lit double, poêle au gaz, évier, eau potable, lampe-tempête, toilettes (très) sèches et vue imprenable sur les lumières du village. Fiston trépignait, papa jubilait, d’autant plus que tous deux ont eu droit à un congé de bain ce soir-là.
Après de lentes heures passées à admirer les reflets lunaires se fracasser sur l’eau et à tutoyer une Leffe bien fraîche, après une nuit paisible que seuls de lointains fardiers ont vaguement troublée, l’aube s’est levée sur le cadre éminemment apaisant du barachois, de sa digue naturelle et du mont Saint-Joseph, dressé derrière Carleton-sur-Mer.
Une fois englouti le «petit-déj’» sur la terrasse, nous avons profité du canot pour explorer le barachois, avant de quitter ce havre de quiétude, perdu au milieu de l’inconstance des fluides. Un an plus tard, Fiston en parle encore.

Repères
– Située sur les rives du barachois, Aventure Aux 4 Vents propose des séjours en yourte flottante de juin à septembre.
– Coût pour une nuitée dans une yourte (2 adultes et 2 enfants):
130 $ (sans canot); 170 $ (avec canot pour 24 heures); 20 $ par personne additionnelle (maximum de 6 adultes par yourte).
– Info: 725, boul. Perron, Carleton-sur-Mer, 418 364-3885 ou www.aux4vents.ca


Laurentides
D’arbre en arbre avec les tout-petits

Question: à partir de quel âge peut-on envisager d’initier Fifille ou Fiston à l’hébertisme aérien? Sept, six, cinq ans? Au parc du Domaine-Vert, à Mirabel, on peut commencer si jeune que c’est à se demander si les poupons ne pourraient pas s’y risquer; après tout, même quand ils ne savent pas marcher, ils peuvent s’accrocher aux filins de métal pour progresser, voire se laisser glisser au bout de leur câble de sécurité avec mousqueton.

Sérieusement, pour prendre part au parcours des Petits écureuils d’Arbre en Arbre du Domaine-Vert, il faut avoir 3 ans et mesurer 1 m 20 du talon jusqu’au bout des doigts, le bras bien levé en l’air. Conçu spécialement pour se familiariser en bas âge avec les ponts de bois mobiles, poutrelles, filins, tunnels de cordage et autres composantes de pistes d’hébertisme aérien, cet itinéraire sécurisé au ras du sol permet non seulement aux tout-petits d’avoir un avant-goût des parcours aériens à 15 m dans les airs, mais aussi de comprendre l’utilisation des mousquetons, voire de goûter un peu à la sensation que procure une tyrolienne – le tout, il va sans dire, à quelques centimètres du plancher des vaches, dans une jolie forêt de pins.

Même si des superviseurs prodiguent conseils et rudiments de base aux jeunes aventuriers, les parents des enfants âgés de 3 à 12 ans doivent être présents en tout temps. Trois parcours sont proposés, soit celui des Petits écureuils (de 3 à 6 ans, 1 m 20 minimum), celui des Petits aventuriers (de 7 à 12 ans, 1 m 40 minimum) et, enfin, le Junior (de 13 à 17 ans, 1 m 80 minimum).


Repères
-D’Arbre en Arbre Mirabel est ouvert à l’année, sauf en janvier, toujours sur réservation.
-Coût: de 18 $ à 37 $, (Sur les sites Internet, c’est plutôt de 16 $ à 29 $.
https://parcsarbreenarbre.com/fr/parcs/mirabel.html et https://domainevert.com/html/arbreenarbre.html Valider.) du plus jeune au plus âgé. Forfaits familiaux offerts.
-Info: Parc du Domaine-Vert, 10423, montée Sainte-Marianne, Mirabel, 450 435-6510, www.domainevert.com ou www.parcsarbreenarbre.com


Mauricie
Vrombissante via ferrata

Elle n’a que 200 m de long, mais certains mettent près de 2 heures à la parcourir. Elle est aménagée au-dessus de la rivière Batiscan, mais quand se vide le barrage, en amont, le coup d’eau qui s’ensuit propulse des vagues capables de chatouiller les genoux. Et bien que son degré de difficulté soit assez difficile, les jeunes de 8 ans et plus qui mesurent au moins 1 m 40 peuvent se l’offrir.

Elle, c’est la via ferrata (ou parcours ferré) du parc régional de la Rivière-Batiscan, en Mauricie. Inaugurée l’été dernier – tout comme le parc d’hébertisme de 26 stations et les 3 tyroliennes tendues au-dessus de la rivière –, cette agréable via ferrata peut se franchir en un peu moins d’une heure par les pleinairistes les plus habiles. Elle exige peu de marche, assez de travail technique en paroi, et procure des sensations toutes particulières en raison de la réverbération d’une chute vrombissante, en fin de parcours.

En prime, le parc compte une petite plage bordant le camping, 25 sentiers balisés et un miniparcours d’hébertisme pour les aventuriers de petit gabarit (1 m 10 et plus). Enfin, la via ferrata est parfois accessible de nuit, grâce à un projecteur braqué sur la chute, qui fait alors office de réflecteur.

Repères
-Le parc de la Rivière-Batiscan est situé à Saint-Narcisse, en Mauricie.
Pour s’y rendre, prendre l’autoroute 40 jusqu’à la sortie 229, direction Sainte-Geneviève-de-Batiscan, et rouler 17 km jusqu’à l’embranchement, un peu avant Saint-Narcisse.
-Coût: 6,75 $ pour une journée. Réservation obligatoire, groupes de 8 personnes avec guide; 200 emplacements de camping, yourtes, tentes prospecteur; chiens permis.
– Info: 200, chemin du Barrage, Saint-Narcisse, 418 328-3599 ou www.parcbatiscan.com

Chaudière-Appalaches
Chasse au trésor techno

­«Papa, c’est quoi ma surprise?
– Pour la énième fois, une surprise n’en serait pas une si je te disais en quoi elle consiste.
– ?!?
– Allez, marche, tu verras bien!»
Pour inciter votre rejeton à marcher en forêt, rien de tel que de lui faire miroiter la perspective d’un trésor caché au fond des bois. Et pour pimenter cette quête, l’utilisation d’un GPS et la recherche d’indices menant au but rendent d’autant plus ludique une telle activité.

C’est justement ce que propose, depuis peu, le parc régional du Massif-du-Sud, avec ses sorties de géocache (ou geocaching). But de l’exercice: repérer des caches en inscrivant ses coordonnées géographiques dans un GPS, et suivre les indices fournis à chaque étape pour compléter un itinéraire en forêt fort agréable.

Déjà, la seule utilisation d’un GPS est génératrice de satisfaction pour la plupart des jeunes (surtout les garçons), mais le fait d’emprunter un parcours jalonné de petites surprises crée une autre motivation. En chemin, on en profite pour faire de l’interprétation et communier avec la nature, et lorsqu’on touche au but, il ne reste plus qu’à distraire le jeune randonneur pour déposer discrètement sous une souche, près de la dernière cache, un «trésor» qu’il souhaitait avoir, que ce soit une lampe frontale dernier cri ou une figurine 100 % kevlar d’Iron Man.

Pour clore le tout, le parc régional du Massif-du-Sud offre un sentier d’hébertisme comprenant, entre autres, glissades, pont de corde, minityrolienne, ainsi qu’un (très chouette) château labyrinthe en bois où les jeunes adorent s’égarer avant d’émerger sur le toit.

Deux itinéraires nécessitant environ trois heures de marche (avec brève formation) sont proposés: le sentier des passerelles (3,2 km), considéré facile, qui longe partiellement une rivière, et le sentier qui mène au «village médiéval» (un petit regroupement de bâtiments en bois), long de 2 km, qui se termine par la découverte d’un coffre au trésor dont le cadenas s’ouvre seulement après avoir résolu une énigme dévoilant sa combinaison!

Repères
-Du 21 mai au 31 octobre, le parc régional du Massif-du-Sud propose des activités de géocache,
mais aussi des ateliers d’initiation (carte et boussole, geocaching ou GPS seul).
-Coût: 30 $ par atelier. Utilisation seule du GPS (pour les deux parcours): 12 $ (adulte), 6 $
(enfant de plus de 6 ans), 30 $ (famille). En outre, on peut s’enfoncer en forêt à la recherche de caches disséminées çà et là, qu’on peut identifier en visitant le site www.geocaching.com.
-Info: 300, route du Massif, Saint-Philémon de Bellechasse, 418 469-2228 ou www.massifdusud.com


Bas-Saint-Laurent
Aux petits oiseaux

pour voir le fleuve d’en haut
D’accord, au Québec, il existe bien trois ou quatre phares, désaffectés ou non, qu’on peut gravir pour profiter de la vue. Mais un phare accessible 24 h sur 24, dont les marches aboutissent à deux pas de la chambre de vos enfants, et au sommet duquel on peut se rendre en tout temps, c’est plus rare.

C’est pourtant la réalité du phare des îles du Pot à l’Eau-de-Vie : on y trouve un gîte qui offre trois chambres, où six personnes au maximum (les membres d’une même famille, par exemple) peuvent s’y retrouver pour admirer le Saint-Laurent dans toute sa superbe, et surtout observer et interpréter la faune aviaire environnante.
Cette dernière est d’ailleurs fort populeuse, puisque le phare est situé au cœur de la zone protégée d’une aire de nidification pour eiders – à laquelle les visiteurs ont accès après la période de nidification, aux premiers jours de juillet –, et qui profite aussi aux guillemots à miroir, hérons, cormorans à aigrettes et bihoreaux gris, entre autres représentants de la gent ailée gravitant dans les alentours.

Résultat: un séjour ici permet de vivre un contact intime et privilégié avec la faune à plumes, et s’avère une occasion unique d’observer et d’apprendre sur ses mœurs. Sans compter qu’avec un peu de chance, peut-être verra-t-on se poindre quelque baleine qui aurait poussé trop loin sa quête de krill? Après tout, les îles du Pot à l’Eau-de-Vie sont situées dans le parc marin du Saguenay…


Repères
-Le forfait «Nuitée au phare» comprend la traversée à partir de Rivière-du-Loup, une croisière commentée autour des îles, une excursion guidée, l’accès aux sentiers du Pot du Phare
(en dehors des périodes de nidification), deux repas de cuisine régionale et la nuitée.
– Coût : de 165 $ à 250 $ par personne (11 ans et plus), selon le nombre de personnes et la durée du séjour. Ouvert de juin à septembre. Pour pouvoir observer le maximum d’oiseaux, mieux vaut y séjourner avant la mi-juillet.
-Info et réservation (obligatoire) : Société Duvetnor, 418 867-1660, www.duvetnor.com ou www.pharedupot.com