Refuge dans Charlevoix

Camp rustique René-Richard:entre peinture et pêcheIl mériterait un tableau, ce «camp» qui porte le nom d’un peintre réputé du Québec et dont la maison-musée-galerie a pignon sur rue à Baie-Saint-Paul. Le refuge a lui-même longtemps servi de retraite estivale à des peintres contemporains. Pas étonnant qu’il ait une âme forte! Il trône au bord de la rivière Malbaie, une fois qu’on s’est bien enfoncé dans le parc national des Grands-Jardins. Pour le plus grand plaisir du visiteur, il détonne aussi dans le paysage des luxueux chalets de ce parc de Charlevoix. Antique de l’extérieur mais rénové de l’intérieur en 1999, il est plutôt petit (ne pouvant accueillir que quatre personnes) et très rustique. Pas de clinquant ici, que du vieux bois rond partout et une belle galerie donnant sur la rivière. On s’y croirait revenu au temps des coureurs-trappeurs des bois, perdu dans la nature.

Du côté de l’entrée, on est à proximité des chics camps Caribou, du camping La Roche et du grand lac Oublié, un des plus beaux du parc. On y accède en voiture et seulement en été ou en automne. Les balades ne manquent pas alentour: de l’ascension sur 450 m du réputé mont du Lac des Cygnes (en boucle ou aller-retour, avec vue panoramique sur l’arrière-pays charlevoisien) à la randonnée au 52e parallèle (voir encadré «Incursion dans la taïga»). Vélo, canot, pêche sont au programme. Pour la première fois cette année, les locataires du René-Richard peuvent pêcher sur place, dans le secteur très recherché des camps Caribou et à un tarif bien plus avantageux. Avis aux amateurs!

Repères  Parc national des Grands-Jardins: Tarif de location pour l’automne: 29$ par personne et par nuit. Info: 1 800 665-6527, 418 349-1227 ou www.sepaq.com

Camp rustique René-Richard:entre peinture et pêcheComment s’y rendre : Prendre la route 138. Après Baie-Saint-Paul, route 381 vers Saint-Urbain, puis suivre les indications menant au parc.

Incursion dans la taïga
La randonnée guidée Taïga vous transporte de juin à octobre au pays des lichens et des caribous. À la découverte, en fait, d’un îlot de taïga, perdu au sud… bien loin de son habitat naturel. Il occupe 5 % du parc, mais il vaut vraiment le détour. Le lichen à cladonie, qui pousse entre quelques épinettes, est la nourriture favorite du caribou, réintroduit ici dans les années 1960. Il fait office de jolie «pelouse» quand il ne laisse pas place aux parterres de bleuets ou de calmias à fleurs roses, de la famille des rhododendrons. Certains lichens, poussant sur les roches, ont plus de 5000 ans, d’où l’importance de rester dans l’étroit sentier pour ne pas les endommager.

Brûlis et régénération forestière
Une bonne partie du parc national des Grands-Jardins a brûlé en 1991. Le paysage peut parfois sembler désolant, mais il a l’avantage de montrer comme jamais tous les plis et replis du bouclier canadien. Et à marcher sur les sentiers de la forêt en régénération, on peut admirer le travail de «l’artiste feu» qui a creusé le tronc de certains arbres tout en laissant intacte son écorce. Les responsables du parc ont fait de cet incendie une activité… pour en apprendre davantage sur les effets du feu sur la faune et la flore. Il a par exemple permis le développement, 15 ans plus tard, d’un lichen tout petit mais très étendu, la cladonie cristatella, à la coiffe rouge «pompier».

Nos trouvailles

Randonnée Grand Nord
1 800 665-6527, 418 349-1227 ou www.sepaq.com
Une journée dans le parc national des Grands-Jardins au départ de Baie-Saint-Paul, avec transport, guide, lunch, randonnée dans la taïga, , après-midi de randonnée à pied, en vélo ou en canot.

La Laiterie Charlevoix
1167, boul. Monseigneur-De Laval (route 138), Baie-Saint-Paul
418 435-2184 ou www.fromagescharlevoix.com
Économusée du fromage: pour faire le plein avant d’entrer dans le parc.

Gîte Au P’tit Paradis
7, chemin Lavoie, Saint-Aimé-des-Lacs
418 439-3177 ou www.charlevoixgite.com
Ouvert à l’année, au bord d’un lac, avec de jolies chambres.
Sentier Les Florents

Maison chez Laurent
1493, boul. Monseigneur-De Laval, Baie-Saint-Paul
1 888 437-3895
D’un domaine constitué d’un hotels, de chalets et d’un restaurant part un sentier, à même le Sentier national, de 20 km linéaires entre Baie-Saint-Paul et Saint-Urbain, par la montagne. Quatre accès possibles.