Écoper sa tente

« Les plages sont souvent attirantes mais, si possible, restez toujours dans la forêt. » Benoit, de Paddling Home, nous avait prévenus, en riant, des dangers potentiels qui nous attendent sur le lac Winnipeg.

Il aura fallu qu'une vague réveille Valérie et Fred, le nouveau membre de notre équipe, pour qu'on comprenne vraiment le sens de ce conseil. Évidemment, nous avons eu notre leçon.

L'eau monte rapidement pendant la journée et surtout par grands vents. En quelques secondes, c'est le déluge. Martin crie, encore à moitié endormi, sans trop comprendre ce qui se passe, pendant que Jérémie et moi regardons l'immensité de la houle qui s’abat sur la fine plage qui nous servait de maison.

Légèrement paniqués, nous nous empressons de déplacer tout notre matériel, le plus près possible des petits arbrisseaux qui longent la plage. Nous piquons nos tentes le plus solidement possible. Nous nous attendons au pire. Nous érigeons des remparts, creusons des tranchées, empilons des roches, etc. Heureusement, le niveau d'eau se stabilise, à moins de deux mètres de nous.

Nous tentons alors de prendre du repos en vue des journées à venir. Le vent souffle et secoue nos tentes sans relâche. Cette tempête dure deux jours. Nous devons attendre pour repartir. Attendre sur cet espace restreint.

Nous retenons plusieurs choses de cette aventure. D'abord, ne jamais sous-estimer les paroles d'un ami, puis, la force de la nature et de ce lac énorme. Lorsqu'une plage de rêve se présentera à nouveau, nous nous souviendrons que dans une nuit sans lune, tout peut arriver.