MOI, mon traîneau

Cette histoire de huskies, de cabane dans le bois et de virées en traîneau, c’est une histoire de famille. La famille Forget, de Berry, une petite bourgade près d’Amos, en Abitibi. Éric est tombé dans la trappe très jeune et n’en est jamais ressorti. Pas plus que son frère, Benoît, devenu comme lui un meneur de chiens passionné à force d’aller voir leur oncle participer aux nombreuses courses régionales de traîneau à chiens dans les années 1970. Puis c’est la version japonaise originale du film Antarctica, en 1983*, qui finit d’enfoncer le clou: le traîneau à chiens, ce ne sera pas juste pour les loisirs. Pour les deux frères Forget, ce sera un métier.

«Authenticité», le mot est récurrent dans la bouche d’Éric. Pas question, au Chenil du chien-loup, de vous promener pendant une heure autour de l’enclos pour vous faire croire à la chose. Ici, on prend le temps. Trois jours, s’il le faut. Le forfait Expédition s’adresse aux vrais amoureux de l’hiver: celui du froid sec, confortable et bien neigeux qu’on trouve dans les forêts d’Abitibi. Trois jours de découverte qu’on vit en relation fusionnelle avec les chiens.

Le chenil vient d’être refait à neuf, ce qui est une bonne nouvelle pour les 30 huskies sibériens qui l’occupent. Mais comme l’explique Éric Forget, «on tient à rester petit, c’est la seule façon d’offrir une expérience intime et intense en traîneau».

Le départ a lieu à 6 h du matin; c’est très tôt, mais la première journée, il faut parcourir 45 km pour parvenir aux premiers gros rapides de la rivière Harricana, en territoire algonquin. Là, on monte le camp – grand tipi ou tente prospecteur en fonction du nombre de mushers –, qu’on chauffe au poêle à bois.

Deux meneurs de chiens par attelage, c’est la norme; ça permet de se relayer plusieurs fois dans la journée. Avec un attelage de 12 à 14 chiens selon les conditions de neige. Le reste se fait tout seul: les manœuvres sur le traîneau, les «Gee» et les «Dja» auxquels répondent instantanément les chiens, les montées où on court près du traîneau pour les aider, les descentes vertigineuses qu’on effectue, le pied au-dessus du frein… À mi-parcours, le guide prend un peu d’avance pour aller allumer un feu autour duquel on prendra un lunch réconfortant.

La journée suivante en est une d’exploration, qu’on organise selon les conditions météo et la forme physique des participants. Repos, pêche sur glace, coupe de bois ou installation de collets à lièvre: on se livre à une initiation à la vie dans le bois, sans oublier le soin attentif qu’on apporte aux chiens. Au menu, ce sera un traditionnel stew, un mijoté bien soutenant après une journée d’hiver passée dehors. Avec un peu de chance, on aura droit à un de ces desserts hyper sucrés qu’Annie, la blonde d’Éric (également guide de traîneau), aura cuisiné sur le feu. Plus tard, il se peut que la meute interrompe notre nuit par une soudaine et impétueuse séance de vocalises, mais cette dernière ne manquera pas de charme, ainsi lancée sous les étoiles du Nord…

Le lendemain annoncera déjà le retour. Ce sera une troisième bonne journée de 45 km au cours de laquelle on se permettra un peu plus d’audace dans les manœuvres, engaillardis par deux jours successifs de pratique: on mettra moins de pression sur le frein, nos ordres aux chiens seront plus assurés, notre corps épousant mieux les mouvements du traîneau. À mesure que baissera l’appréhension technique montera peu à peu cette sensation de voler sur la poudreuse, entre deux rangées d’épinettes, dans un silence feutré. Le sentiment de ne faire plus qu’un avec les chiens, avec le traîneau et l’environnement tout entier. Alors, à l’instar d’Éric et d’Annie, on se collera sur la face un de ces sourires béats dont on aura du mal à se défaire… même bien après l’expérience. •

*Ce film, repris par Walt Disney Pictures en 2006, relate l’abandon
de chiens de traîneau en Antarctique par une équipe de chercheurs

Repères
Chenil du chien-loup
320, route 399, Berry

Le forfait Expédition 3 jours comprend une visite du chenil, un cours avancé, l’équipement ainsi que tous les repas. Tarif: 450 $ par personne. D’autres forfaits sont offerts, dont certains sur mesure. Un autre chenil, qui fait partie de la même entreprise, vient d’ouvrir à Villemontel, tout près de Berry.

819 732-1618 ou chien-loup.com
Tourisme Abitibi-Témiscamingue: 1 800 808-0706 ou
tourisme-abitibi-temiscamingue.org.