PRÉSENTÉ PAR TOURISME OUTAOUAIS
Destinations | Québec

Le plein d’oxygène en Outaouais

Pour bouger et s’oxygéner, l’Outaouais est la destination plein air par excellence.

PRÉSENTÉ PAR RÉSEAU ZECS
Destinations | Québec

Passion plein air dans les zecs de la Mauricie

Parmi les 63 zecs du Québec, onze occupent les grands espaces forestiers de la Mauricie. C’est le temps de les explorer.

PRÉSENTÉ PAR TOURISME LOTBINIÈRE
Destinations | Québec

Fascinante Lotbinière

Actifs ou contemplatifs, bouclez vos ceintures direction Lotbinière.

Banc d’essai Sacs à malices

Faire l’essai de sacs de couchage, c’est partir en camping avec plusieurs modèles dans le coffre de l’auto. C’est aussi accepter les limites d’une telle expérience. Un exemple parmi d’autres : l’évaluation de la capacité isolante d’un sac dépend de plusieurs facteurs. Par exemple, le testeur est-il un homme ou une femme ? Est-il bien reposé ou complètement vanné ? Quel est le type de matelas de sol utilisé ? Et c’est sans parler des positions adoptées pendant le sommeil, qui peuvent influencer l’impression d’être coincé ou non dans le sac. C’est donc dire qu’un tel essai est inévitablement empreint d’une certaine dose de subjectivité.

Si le sac de couchage est déterminant pour la qualité de notre nuit en plein air, il n’est pas le seul élément. Coucher à la belle étoile, dormir dans un sac bivouac ou à l’abri dans une tente sont trois expériences très différentes, où le confort peut varier entre autres en raison de la présence ou non de vent ou de rosée matinale, ou même de l’évacuation de la transpiration. L’utilisation d’un matelas de sol adéquat est aussi une variable importante dans l’équation, non seulement pour le confort, mais aussi pour le degré d’isolation. Cela étant dit, certains éléments doivent être examinés de près avant un achat.

La forme
Un sac rectangulaire priorise l’espace pour bouger à l’intérieur – génial pour les claustrophobes –, mais c’est au détriment de la performance. Il est volumineux, plus lourd et moins performant. Il peut être tout indiqué pour les tropiques ou l’auberge de jeunesse. Le sac momie, dont la coupe suit les courbes du corps (plus étroit aux pieds et plus large aux épaules) et qui est muni d’un capuchon, est sans nul doute le plus adapté aux activités de plein air. Certains montrent une coupe très ajustée (performant mais plus contraignant), et d’autres, une coupe un peu plus ample. Enfin, le sac baril se trouve à mi-chemin entre les deux types. La longueur du sac doit aussi être adaptée à la taille de l’utilisateur : inutile de réchauffer un volume excessif aux pieds, de porter un sac lourd et encombrant et, en plus, de payer plus cher. Choisir un sac petit, régulier ou long, en fonction de son gabarit, s’avère donc judicieux.

La cote de température
Deuxième critère d’importance, la cote de température est ce qui permet de catégoriser les sacs d’été, d’hiver ou trois saisons. Mais, comme on l’a mentionné précédemment, il s’agit d’une notion assez relative ; il convient donc de considérer ce critère comme un indicateur et non une limite précise. Évidemment, le sac trois saisons est le plus polyvalent. C’est souvent le premier qu’on achète habituellement. Il doit permettre de dormir au chaud jusqu’à l’occasionnel point de congélation sans provoquer de sudation pendant les chaudes nuits de juillet. C’est beaucoup demander ! Chaque fabricant a sa façon de tester et d’indiquer la zone de confort, qui peut d’ailleurs présenter une plage de températures très large. À titre indicatif, donc.

L’isolation
La nature de l’isolant est le troisième critère dont il faut tenir compte. On a généralement le choix entre un isolant synthétique ou en duvet, même si certains sacs sont hybrides et proposent les deux types dans le même modèle. Parler d’isolant, c’est toucher au cœur de ce qu’est un sac de couchage ; ça peut être particulièrement complexe. Ce n’est pas le but premier de ce banc d’essai.
Pour simplifier, disons que l’isolant synthétique (peu importe son nom de commerce, et Dieu sait qu’il y en a de toutes sortes) est généralement moins compressible, moins durable et plus lourd que le duvet. Toutefois, c’est le choix idéal pour le canot-camping ou toute autre activité durant laquelle le sac risque d’être mouillé. L’isolant synthétique, une fois mouillé, a moins tendance à s’aplatir et à perdre ainsi sa capacité isolante. Le duvet, qu’il soit d’oie ou de canard, se différencie des plumes par sa forme tridimensionnelle, ce qui permet d’emprisonner l’air et, par conséquent, de mieux isoler. La capacité isolante du duvet demeure optimale considérant sa masse et son volume. D’ailleurs, les fabricants font généralement grand cas de la capacité gonflante de leur duvet en mentionnant le volume, en pouces cubes, qu’occupe une once de plumules. Un duvet coté 550+ est considéré comme un seuil minimal, alors qu’un duvet de 850+ ou même de 900 est le nec plus ultra.
Le duvet, s’il est bien entretenu, est aussi très durable. Depuis quelques années, les fabricants publicisent le fait que leur duvet a subi un traitement pour le rendre plus hydrophobe et antimicrobien. C’est une caractéristique qu’on n’a pas pu vérifier dans ce test, mais qui, si c’est le cas, rend le produit très intéressant.
Enfin, la zone de températures dans laquelle on peut dormir confortablement semble beaucoup plus grande pour le duvet que pour le synthétique. La quantité d’isolant placée entre les enveloppes est aussi à considérer. Et on ne parle même pas de la longueur des fibres de l’isolant synthétique et de la méthode d’assemblage (en cloisons, piqués de bord en bord ou non, etc.).

Et d’autres critères
Puis viennent les autres détails, comme la nature des tissus de la coquille (extérieure) et de la doublure (intérieure). Généralement en nylon ou en polyester, la coquille a parfois subi un traitement déperlant, et les tissus peuvent être fabriqués d’une trame antidéchirure (ripstop) et d’une pellicule servant à réfléchir la chaleur vers l’intérieur. La doublure, quant à elle, également de nylon ou de polyester, sera évaluée en fonction de la facilité à s’y glisser, de sa capacité à évacuer l’humidité et de sa texture agréable au toucher. L’épaisseur des tissus, associée à la notion de deniers (20D étant plus mince que 30D), a un impact sur la résistance et la masse (poids). D’ailleurs, l’isolant joue aussi un rôle important sur la masse, ainsi que les fermetures éclair. Par exemple, une glissière pleine longueur (par opposition à une trois quarts) et aux dents plus robustes (YKK no 8 plutôt que no 3) est forcément plus lourde à porter.

Il faut également tenir compte des détails de confection : une collerette épousant la forme du cou et des épaules est efficace pour éviter la déperdition de chaleur, mais augmente le poids du sac et, dans certains cas, la sensation d’être coincé. Un bourrelet coupe-froid qui fait la longueur de la fermeture éclair est un must pour un sac trois saisons (il est à noter que son volume peut varier beaucoup d’un modèle à un autre). Un capuchon qui s’ajuste facilement (dans le noir et alors qu’on a les mains à l’intérieur du sac), avec des tirettes de formes différentes, qu’elles soient élastiques ou non, est un autre critère fondamental, tout comme la présence obligatoire d’une bande anticoincement efficace empêchant la fermeture éclair de mordre dans la doublure.

Enfin, il faut aussi considérer… le prix. Comme toujours, on paie pour ce qu’on a. Il s’agira de faire coïncider son budget avec le degré d’exigence des activités pratiquées.


Antares HD de Therm-a-Rest
Type de sac Momie, coupe ajustée
Cote de température -3 °C à -9 °C
Isolant Duvet 750+ avec traitement hydrophobe Nikwax
Matériaux Coquille en polyester micro-ripstop 20D avec traitement déperlant, doublure en polyester 20D avec membrane ThermaCapture réfléchissant la chaleur
Poids 0,9 kg (régulier) et 0,98 kg (long)
Volume (comprimé) n.d. (sac de rangement : 18 cm x 31 cm)
Prix  500 $ à 530 $ selon la taille

Particularités Deux sangles cousues en dessous pour fixer un matelas de sol, bourrelet coupe-froid, fermeture éclair pleine longueur, petite collerette, pochette extérieure pour menus articles
Commentaires Avec le sac Antares, Therm-a-Rest vise le campeur exigeant et… fortuné. Le duvet est de belle qualité, les tissus sont légers tout en étant résistants et, au toucher, la sensation est très agréable. Un bonheur ! La coupe ajustée nous a plu. Il faut apprendre à bouger avec le sac, et non dans le sac. La collerette est efficace et, surtout, peu encombrante. Somme toute, un sac léger, compact et performant, qui entre dans la même gamme que l’UltraLite (p. 35), de Western Mountaineering. Un plaisir à trimballer en rando ou à vélo. En revanche, il n’est pas certain que les deux sangles dorsales fassent long feu : au mieux, leur utilité nous a semblé douteuse.
www.cascadedesigns.com


Micro Mc III de Sea to Summit
Type de sac Momie, coupe ajustée
Cote de température -2 °C (4 °C à -18 °C)
Isolant Duvet 850+ avec traitement hydrophobe Ultra-Dry Down
Matériaux Coquille en nylon 20D avec déperlant 2D NanoShell, doublure en nylon
Poids 0,680 kg à 0,755 kg (selon la taille )
Volume (comprimé) 5 l
Prix  470 $ à 490 $ selon la taille

Particularités Bourrelet coupe-froid, fermeture éclair pleine longueur YKK
no 3, section des pieds qui se ferme par une cordelette et un nœud mécanique (possibilité de ventilation et d’ouverture du sac pour faire une couette), pochette intérieure de bonne dimension
Commentaires Encore ici, la qualité du duvet est surprenante (et se paie). Vraiment trois saisons, et léger avec ça ! Unique, la section des pieds s’ouvre avec une tirette et permet de ventiler les extrémités tout en facilitant l’ouverture du sac pour en faire une couverture. L’absence de collerette, la taille minimaliste du bourrelet, les tissus et la fermeture éclair légère en font un sac au poids plume même si la coupe n’est pas si ajustée que ça, après tout. Ouvert, il peut s’attacher à un autre Micro pour obtenir un sac double. Grâce au sac de compression fourni, il n’occupe qu’un petit volume. Très polyvalent, il sera génial pour plusieurs activités. La robustesse n’est toutefois pas sa force.
www.seatosummit.com


Perseus -7 °C de MEC
Type de sac Momie, coupe ample
Cote de température -2 °C à -12 °C
Isolant Synthétique, Hyperloft Eco de MEC
Matériaux Coquille en polyester avec traitement déperlant, doublure en taffetas de nylon
Poids 1,93 kg (taille régulière)
Volume (comprimé) 14,3 l
Prix  163 $ à 173 $ selon la taille

Particularités Collerette, bourrelet coupe-froid, tirettes de formes différentes, pochette de rangement intérieure
Commentaires Le Perseus est un sac économique dont le prix est honnête. Le plus volumineux et le plus lourd du test, il est davantage adapté aux activités de camping où l’auto demeure près de la tente qu’à une activité de rando. On a bien aimé la bande anticoincement large et rigide, très efficace. Son prix intéressant, la qualité des matériaux et des coutures ainsi que sa coupe ample en font un bon choix pour une utilisation occasionnelle.
www.mec.ca


UltraLite -7 °C de Western Mountaineering
Type de sac Momie, coupe ajustée
Cote de température -2 °C à -12 °C
Isolant Duvet d’oie 850+, cloisonné
Matériaux Coquille et doublure en nylon ripstop de moins de 20D
Poids 0,820 kg (taille régulière)
Volume (comprimé) 7 l
Prix  470 $ à 500 $ selon la taille

Particularités Collerette, bourrelet coupe-froid, fermeture éclair pleine longueur YKK no 5
Commentaires L’UltraLite représente une norme dans le milieu des sacs de haute performance. Sachant allier performance et confort, il propose des compromis sensés. Par exemple, bien qu’il se veuille compact et léger, comme en font foi les tissus et le duvet 850+, il offre tout de même une fermeture éclair pleine longueur, aux dents assez robustes pour une durabilité accrue, une facilité d’usage et de ventilation. La coupe, bien qu’elle soit ajustée, n’est pas serrée. Les tissus sont agréables au toucher, et le capuchon est très bien dessiné. Somme toute, un sac onéreux, mais dont le prix est justifié. On aurait bien aimé le garder.
www.westernmountaineering.com


Electrum 20 de Marmot
Type de sac
Momie, coupe ample
Cote de température -1 °C à -25 °C
Isolant Duvet d’oie 650+ avec traitement Down Defender sur le dessus et bourre synthétique SpiraFil pour le dessous
Matériaux Coquille en nylon ripstop 30D et doublure en nylon 30D
Poids 1,23 kg (taille régulière)
Volume (comprimé) n.d. (sac de rangement : 21,6 cm x 45,7 cm)
Prix  220 $ à 240 $ selon la taille

Particularités Bourrelet coupe-froid, sac hybride combinant les propriétés du duvet et d’un isolant synthétique
Commentaires L’Electrum 20 est la polyvalence même. Avec son duvet 650+ traité contre l’humidité sur le dessus, sa bourre synthétique en dessous, ainsi que ses tissus robustes de 30D, on a eu du plaisir à l’utiliser dans les sorties de canot-
camping. Passe-partout, sa coupe confortable convient à ceux qui bougent en dormant. La solide fermeture éclair a malheureusement tendance à se coincer à l’occasion, et les tirettes du capuchon, placées plus à l’intérieur que sur le rebord, laissent un bourrelet encombrant (même si on ne sent pas la cordelette, qui n’est pas élastique).
www.marmot.com


Always Summer de Marmot
Type de sac
Momie, coupe ajustée
Cote de température 1 °C à 6 °C
Isolant Duvet d’oie 650+ avec traitement Down Defender
Matériaux Coquille en nylon ripstop 30D et doublure en nylon 30D
Poids 0,82 kg (taille régulière)
Volume (comprimé) n.d.
(sac de rangement : 17,8 cm x 35,6 cm)
Prix  210 $ à 230 $ selon la taille

Particularités Deux bourrelets coupe-froid, forme trapéizoïdale aux pieds
Commentaires Le sac Always Summer semble davantage conçu pour des conditions estivales que pour trois saisons. Comparativement à l’Electrum (p. 35), sa coupe plus ajustée et le fait qu’il soit tout duvet le rendent plus léger et compact, malgré les tissus et une fermeture éclair identiques. La quantité de duvet utilisée nous a semblé un peu faible, et la fermeture éclair s’est coincée à quelques reprises, malgré la présence non pas d’une mais de deux bandes anticoincement, qui ne sont ni très larges ni très rigides. Ce sac semble une bonne introduction au duvet. La qualité des matériaux est là, mais pour la moitié du prix d’autres sacs en duvet, il faut s’attendre à faire des compromis.
www.marmot.com


Ratio 15 de Mountain Hardwear
Type de sac Momie, coupe confortable
Cote de température -4 °C à -11 °C
Isolant Duvet d’oie 650+ avec traitement Q.Shield
Matériaux Coquille et doublure en nylon 30D
Poids 1,14 kg
Volume (comprimé) n.d.
Prix  260 $

Particularités Bourrelet coupe-froid, fermeture éclair pleine longueur YKK no 5
Commentaires Le Ratio 15 est un sac de duvet figurant parmi les plus lourds des sacs testés. La solide fermeture éclair pleine longueur, les tissus robustes et une bonne quantité de duvet 650 (plutôt que 850, par exemple) expliquent probablement ce fait. Il n’en demeure pas moins que la coupe, serrée aux pieds et ample aux épaules, a plu à plusieurs et a semblé représenter un beau compromis entre efficacité et confort. Le tissu de la doublure est agréable pour s’y glisser, et la fermeture éclair, ô joie, ne coince pas. Dans l’ensemble, un beau et bon sac, économique (pour un duvet), mais qui souffre un peu trop d’« embonpoint » pour être transporté en rando.
www.mountainhardwear.ca


Lamina 20 de Mountain Hardwear
Type de sac Semi-rectangulaire (avec capuchon)
Cote de température -7 °C
Isolant Synthétique Thermal.Q
Matériaux Coquille en nylon micro-ripstop 40D et doublure en polyester
Poids 1,33 kg
Volume (comprimé) n.d.
Prix  200 $

Particularités Bourrelet coupe-froid, fermeture éclair pleine longueur YKK no 8, collerette avec cordon de serrage, tirettes de formes différentes pour le capuchon, pochette extérieure pour menus articles
Commentaires Ce sac est moins lourd que le Perseus, de MEC (p. 35), mais il présente tout de même un poids notable. On oublie donc le cyclotourisme ou la randonnée en montagne. Avec une fermeture éclair no 8 (qui ne coince pas) et des
tissus de 40 deniers, le sac est solide et ne craint pas trop les bivouacs sur le bord de l’eau, sans tente. Sa couple ample semi-rectangulaire pourrait plaire aux campeurs de fort gabarit qui n’aiment pas se sentir coincés et qui demandent à leur équipement d’être résistant et sans entretien. Une particularité intéressante à exploiter dans vos longues soirées près du feu : il peut s’ouvrir complètement et faire une couverture.
www.mountainhardwear.ca


Cat’s Meow 20° de The North Face
Type de sac
Momie, coupe ample
Cote de température -7 °C (-1 °C à -14 °C)
Isolant Synthétique, combinaison de fibres longues et continues Climashield et fibres courtes Heatseeker Pro
Matériaux Coquille et doublure en nylon
Poids 1,22 kg (taille régulière)
Volume (comprimé) 11 l
Prix  190 $ à 220 $ selon la taille

Particularités Bourrelet coupe-froid qui se prolonge en collerette sur le devant du cou seulement, fermeture éclair pleine longueur, pochette intérieure
Commentaires L’appellation ne date pas d’hier. J’ai un vieux sac datant des années 1990 qui porte ce nom. Fidèle à lui-même, le Cat’s Meow est un sac sans prétention, qui fait le travail. La qualité est honnête, mais les performances ne sont pas au rendez-vous. La fermeture éclair est solide et ne coince pas trop, et les tissus sont résistants, même sans avoir de trame antidéchirure. Assez lourd et volumineux, il sera davantage à sa place dans les activités où la robustesse et l’économie priment sur le reste. Le tissu intérieur bleu pâle nous a semblé facile à tacher. Mais la collerette partielle est un bon compromis entre chaleur et poids. Un sac simple et honnête.
www.thenorthface.com


Spark Sp I de Sea to Summit
Type de sac
Momie, coupe ajustée
Cote de température 8 °C (-5 °C à 12 °C)
Isolant Duvet 850+ avec traitement
hydrophobe Ultra-Dry Down
Matériaux Coquille et doublure en nylon 10D
Poids 0,35 kg à 0,39 kg selon la taille
Volume (comprimé) 1,55 l
Prix  319 $ à 339 $ selon la taille

Particularités Aucun bourrelet coupe-froid ni collerette, fermeture éclair YKK no 3 sur une longueur de 53 cm (même pas trois quarts !)
Commentaires Ce n’est pas un sac trois saisons, à moins que vous n’acceptiez de vous coucher bien habillé avec des pochettes chauffe-mains sous les aisselles. C’est assurément le sac le plus minimaliste du lot. Mais wow ! quel modèle compact ! Tout, dans ce sac, a été pensé pour épargner du volume et du poids : tissus ultra légers (mais peu robustes, il va sans dire), fermeture éclair aux dents très fines, aucune collerette ni coupe-froid, et conception avec coutures de bord en bord. Pour qui est prêt à faire des concessions et à mettre le prix, c’est LE sac à apporter en rando ou en vélo, l’été… Il faudra savoir en prendre soin, cependant.
www.seatosummit.com


Talus Ts II de Sea to Summit
Type de sac Momie, coupe confortable
Cote de température -10 °C (-3 °C à -28 °C)
Isolant Duvet 750+ avec traitement hydrophobe Ultra-Dry Down
Matériaux Coquille en nylon 20D avec déperlant 2D NanoShell, doublure en nylon
Poids 0,975 kg à 1,17 kg selon la taille
Volume (comprimé) 7 l
Prix  440 $ à 470 $ selon la taille

Particularités Bourrelet coupe-froid, fermeture éclair pleine longueur YKK no 5, collerette ajustable avec cordon élastique, pochette intérieure
Commentaires Plus traditionnel dans sa coupe et ses composantes, le Talus est isolé avec un duvet haut de gamme, même s’il est moins gonflant que celui de ses deux cousins mentionnés précédemment, le Micro et le Spark. La coupe est plus ample, les tissus et la fermeture éclair, plus robustes et lourds ; c’est un sac aux dimensions compactes qui est à la frontière entre le duvet et le synthétique. Le prix est encore ici costaud et se justifie probablement par les matériaux de qualité. Ce modèle semble un bon choix pour un utilisateur qui recherche le confort d’un duvet sans vouloir faire les compromis propres à un sac plus performant, comme l’UltraLite, l’Antares ou même le Micro.
www.seatosummit.com