On s’équipe à fond!

Skis Superlight de Fisher

Sauf pour une poignée de férus de ski de fond, le choix du meilleur équipement capable de répondre à sa pratique et à son budget n’a rien d’évident. C’est que l’offre de marques et de modèles, bien que stable depuis quelques années, est encore généreuse et bien suffisante pour embarrasser le consommateur.

Ajoutons à cela les cambrures diverses, les différents types de bases, la longueur des skis et des bâtons, les sortes de fixations… Même moi qui pratique cette activité depuis des années, j’aurais bien besoin d’un guide!

Identifier la pratique
Avant de vous présenter en boutique, sachez d’abord que la séance de magasinage d’un équipement est un processus qui demande un minimum de temps. En effet, pour bien vous guider, le conseiller aimera vous connaître un peu. Quelle technique de ski de fond pratiquerez-vous: pas de patin ou classique? Quelle est votre forme physique? Où irez-vous skier? Êtes-vous allergique au fartage?

Après ce gentil interrogatoire, votre conseiller devrait déjà avoir une bonne idée de ce qu’il vous proposera ou, à tout le moins, avoir fait un premier tri des options qui pourraient vous convenir. En regard de vos aptitudes et envies, il pourra vous expliquer les avantages et les con­traintes de votre pratique en devenir et vous orienter, le cas échéant. Par exemple, vous débutez en matière de ski de fond et vous aimeriez commencer par le pas de patin? Peut-être vous dirigera-t-on plutôt vers le ski classique, pour sa polyvalence et son plus grand choix de pistes. Le fartage est pour vous une grande épreuve de la vie? Un ski à écailles sera peut être indiqué.

X5 Classique de Rossignol et Sport Skate d’Atomic

Deux pieds, deux bottines
Le premier article à trouver pour constituer l’équipement adéquat: les bottes. Pourquoi pas les skis, qui semblent bien plus importants? Parce que les bottes sont un élément fondamental de votre confort et que, pour en avoir une bonne idée, l’idéal est de les porter assez longtemps pour les apprécier. On peut donc poursuivre son magasinage les bottes aux pieds pour pouvoir mieux en juger. Il ne faut pas oublier non plus que la botte la plus adaptée à votre morphologie déterminera aussi la sorte de fixations des skis. En effet, une botte n’est compatible qu’avec un seul système de fixation aux skis. Les deux principaux systèmes sont le SNS (Salomon Nordic System) et le NNN (New Nordic Norm). Pour les marques de bottes les plus courantes, sachez que celles des marques Salomon et Atomic vous dirigeront vers une fixation de type SNS, tandis que les modèles de Rossignol, Madshus, Alpina et Fischer iront vers un type NNN. Pour des bottes de belle qualité, il faut prévoir un budget variant entre 120$ et 200$, comme les modèles Rossignol X5 Classique, à 140$, ou Atomic Sport Skate, à 200$.

Monter sur les planches
Le choix des skis tiendra compte des résultats de l’«interrogatoire» du début, mais aussi du prix que vous êtes disposé à payer. Par exemple, des skis de randonnée de bonne qualité coûtent de 150$ à 200$, comme la série Intrasonic à noyau de bois, de Madshus. Les modèles dits «de performance» se vendent de 200$ à 350$, comme le très classique Fischer Superlight. Quant à ceux qui disposent d’un budget illimité, ils pourront débourser jusqu’à plus de 500$ et s’offrir ainsi une paire de la série S-Lab Equipe 10, de Salomon.

Vient ensuite le temps de monter sur la fameuse «table de cambrure», une planche graduée, placée au sol, qui en plus de vérifier si la cambrure vous convient, permet au conseiller de déterminer la zone de fartage (pour le fart de poussée). Debout en équilibre sur les skis sélectionnés, le conseiller visualise la cambrure, en relation avec votre poids et vos capacités physiques: cambrure moins prononcée pour les débutants ou aux capacités physiques plutôt faibles, et cambrure plus prononcée pour les plus expérimentés et «toniques»! Durant cette étape, où on apprécie votre équilibre sur les skis, on peut vous proposer un tout autre modèle plus en phase avec vos habiletés… Une fois la bonne paire de skis trouvée, on délimite la zone de fartage en glissant une pla­que sous les skis, vers l’avant et l’arriè­re. Cette zone sera clairement iden­tifiée sur le ski avec un marqueur indélébile et il vous restera à y appliquer le fart de poussée requis au mo­ment de votre sortie.

On passe ensuite aux fixations, mais, compatibilité avec la botte oblige, le choix est assez limité, et les prix sont très comparables. Une paire de fixations coûte de 70$ à 120$, peu importe le système.

Jouer du bâton
Et maintenant, les bâtons. Encore une fois, toujours selon son calibre et sa  morphologie, on conseille des bâtons de la bonne longueur et avec un degré de rigidité adéquat. Le poids des bâtons varie davantage en fonction de ses préférences et de son budget, les plus légers étant évidemment plus chers. Côté matériaux, on remarque la quasi-disparition des bâtons d’aluminium, les composites – fibres de verre et de carbone – occupant pratiquement tout le terrain. Une paire de bâtons principalement composés de fibre de verre vous coûtera quelques dizaines de dollars, les prix augmentant en fonction du pourcentage de fibre de carbone ajoutée: plus de 100 $ pour un ratio 50 % fibre de verre/carbone et plus de 200 $ pour du 100 % fibre de carbone. Pour vous gâter, pourquoi pas des Swix Triac, 100 % carbone, avec section triangulaire, à 500 $! Le type de dragonne fixée sur les bâtons peut aussi compter dans le choix, selon ses préférences personnelles.

Ça y est, on a tout ce qu’il faut: skis, bottes, fixations et bâtons. Fini? Pas tout à fait, car la base de vos skis n’est pas prête à affronter les pistes; il manque une bonne couche de fart de glisse. Pour une somme modeste (autour de 15$), on vous offrira une préparation de votre base (généralement un brossage avec brosse en laiton et une bonne couche de fart). Il ne vous restera qu’à appliquer le fart adéquat le jour de votre première escapade. Vous ne savez pas comment faire? Votre conseiller vous aidera!

Le fameux «four à ski»
Une petite surprise pourrait vous attendre à la fin de votre séance de magasinage: le conseiller pourrait vous offrir de passer vos skis au four! Pourquoi? Parce que la base des skis de fond est faite d’un matériau poreux qui prend de l’expansion sous l’effet de la chaleur. Ce phénomène a pour effet d’augmenter sa capacité à absorber le fart. Alors, pour en profiter au maximum, on applique tout d’abord une très généreuse couche de fart de glisse (pour neige chaude, c’est-à-dire pour des températures allant de 0°C à -5°C) sur les skis. On place ensuite les skis dans le four, qui ressemble à un sac de transport de skis, mais avec des parois plus épaisses (donc plus isolantes). On monte ensuite la température à l’intérieur à environ 60°C – 65°C, ce qui ouvre les «pores» de la base et rend le fart pratiquement liquide, favorisant ainsi une absorption maximale. Le processus de chauffage dure environ cinq heures, période à laquelle on doit ajouter encore quelques heures pour laisser la température baisser à l’intérieur du four, évitant ainsi d’exposer les skis à un choc thermique et, donc, à d’éventuelles fissures. Ce traitement équivaut à plusieurs couches de fart appliquées une à une manuellement. Les prix ne sont pas prohibitifs: environ 25$ lorsque proposé au moment de l’achat de vos skis, et environ 40$ autrement. Un investissement qui vaut la dépense!

Les trucs d’un pro!
Conseiller d’expérience, Michel Thirard, de la Boutique Courir de Longueuil, nous dévoile quelques-uns de ses trucs pour bien conseiller un client. Par exemple, à un client cycliste, «je lui demande quel modèle de vélo il possède; ce petit détail indique souvent le degré d’exigence du client à l’égard du matériel».
«Je demande aussi aux gens d’apporter leur vieil équipement pour mieux voir où ils en sont dans leur pratique. Il m’arrive même de leur conseiller tout simplement de ne pas changer!»
Comment savoir si on fait affaire avec un bon conseiller? «Impérativement, un bon vendeur devrait lui-même pratiquer le ski de fond.» Une bonne question à lui poser avant d’entreprendre toute démarche avec lui!

Acheter, toujours acheter…
Comme pour le ski alpin, on peut penser à d’autres possibilités que l’achat pur et simple de son matériel. Pour quelques sorties par saison et si le matériel haut de gamme n’est pas pour vous une absolue priorité, la location de votre équipement s’avère une solution très intéressante. La location à la journée est offerte dans la majorité des centres de ski et dans plusieurs boutiques de plein air. Cela comporte plusieurs avantages: pas de matériel à transporter ou à entreposer à la maison, et pas de fartage (on s’en occupe pour vous). Le matériel est aussi, du moins dans les grands centres et en magasin, en très bonne condition et assez récent. Comptez de 15$ à 20$ par jour en magasin et un peu plus dans les stations de ski. La location pour la saison complète est aussi possible dans certains magasins. Vous aurez alors l’avantage d’avoir du nouveau matériel à chaque saison! C’est aussi une solution idéale pour les enfants en pleine poussée de croissance.