Publicité
Été, Hors-Québec, Vélo

L’Île-du-Prince-Édouard pour les vacanciers

02-03-2015

L’Île-du-Prince-Édouard pour les vacanciers
L’Île-du-Prince-Édouard est une destination formatée pour des vacances sur deux roues. Sans relief important, elle se prête à merveille à une promenade de quelques jours sur des kilomètres de routes tranquilles, qui longent un littoral idyllique. Pour faire connaissance avec cette destination balnéaire et ses insulaires, l’idéal est de se référer aux trois circuits touristiques balisés proposés aux visiteurs. Même pas besoin de carte ni de GPS!

Le Circuit côtier du centre (253 km) s’effectue en plein cœur de l’île, parmi des champs de pommes de terre ainsi que les très convoitées dunes de Cavendish, tout en faisant un détour par la capitale, Charlottetown.
Le Circuit côtier North Cape (350 km) permet d’explorer la portion nord-ouest de l’île et ses communautés de pêcheurs, tout en bifurquant par Summerside, où vit une importante communauté acadienne.

Enfin, le Circuit côtier des pointes de l’Est (411 km) se faufile parmi des villages endormis. Le trafic est clairsemé et la route est recouverte d’un bitume de qualité. En prime, pas moins de six phares ainsi que de belles plages, souvent quasi désertes, s’ajoutent au festin.

Pour les cyclistes qui préfèrent rouler en dehors du circuit routier, on peut s’évader sur la piste cyclable du Sentier de la Confédération (279 km), qui traverse l’île d’est en ouest, sur une ancienne emprise ferroviaire. Dépourvue de dénivellation, cette piste est appréciée par les vacanciers pas trop en forme ou les petites pattes en pleine croissance. La piste fait son chemin dans un environnement varié de type campagnard, entrecoupé de beaux passages forestiers, de gros marais et même des bleuetières. Plusieurs haltes jalonnent la piste.

Tant qu’à y être…
Parc national de l’Île-du-Prince-Édouard
Ce parc d’une grande beauté est bordé par de majestueuses formations dunaires et des plages de sable parmi les plus belles de l’est du continent. Ajoutez à cela des flèches littorales, des falaises de grès rouge, des terres humides… Cet habitat diversifié héberge des espèces menacées comme le pluvier siffleur ou encore, l’aster du golfe du Saint-Laurent. Pour apprécier ce joyau, un réseau pédestre de 15 sentiers de randonnée (parfois partagés avec les vélos) sil­lonne le parc.
902 672-6350 ou pc.gc.ca

REPÈRES
Les routes sont, en général, dans un état acceptable. La piste cyclable est recouverte de poussière de roche, mais quelques tronçons sont en terre battue. Évitez les pneus étroits. Sur l’île, particulièrement près de la côte, le facteur éolien doit être pris en considération.
tourismpei.com

Comment s’y rendre: prendre le train (viarail.ca) jusqu’à Amherst, en Nouvelle-Écosse, et pédaler sur la Transcanadienne puis rejoindre Cape Tormentine où un efficace service de navette vous transborde dans l’île.

Publicité