Publicité
Été, Hiver, Québec, Vélo de montagne

Comment faire du fatbike sans se fatiguer

30-01-2017

Le vélo à pneus surdimensionnés (VPS), fatbike, est le sport de l’heure au Québec. Dans la neige ou sur la glace, il permet de s’amuser comme des petits fous dans les sentiers. Et pour novices comme initiés, c’est aux Îles de Boucherville que ça commence.

Pour s'y familiariser sur le plat, on commence par une visite au Parc national des Îles-de-Boucherville, à quelques minutes du centre-ville de Montréal. C’est là que l’aventure VPS a commencé dans le réseau SÉPAQ l’an dernier en projet pilote. «Plusieurs familles viennent s’initier ici», remarque Rémi.

Pour les grands enfants
La promotion Expérience famille de la SÉPAQ, qui permet aux parents d’obtenir l’entrée et la location d’équipements gratuits pour leurs enfants de moins de 18 ans, est aussi valable pour le VPS.

On emprunte le sentier multifonctionnel l’Île Sainte-Marguerite de sept kilomètres avec vue sur le fleuve. Il y a aussi de bonnes chances d’y croiser des cerfs de Virginie puisqu’ils y sont en surpopulation avec environ 120 bêtes. On n’a pas été chanceux cette fois-ci. Le serez-vous ?

Il n’a pas neigé depuis plusieurs jours et les sentiers sont extrêmement glacés. Les pneus agrippent tout de même le sol. On est rapidement grisés par le sentiment de liberté que procure le fait de pouvoir parcourir des sentiers en montagne à vélo en plein hiver.

Il y a quelque chose de festif dans le VPS. Il faut voir les sourires et les airs amusés de tous les piétons croisés dans les sentiers du Parc national du Mont-Saint-Bruno à la vue de ces vélos aux pneus de quatre pouces de large. Une dame a même demandé à haute voix : «Ils n’ont pas d’école, ces jeunes ?»

«Ces jeunes» n’étaient pas si jeunes que ça ! Aucunement besoin d’ailleurs d’être un adolescent téméraire pour avoir du bon temps sur ces vélos. Pas plus qu’on n’a besoin d’être un grand cycliste. Massif, le vélo est légèrement intimidant, mais on y est rapidement confortable. Il faut tout de même rapidement apprendre à adapter sa conduite selon les conditions des sentiers. Sinon, on chute ! C’est arrivé à tout le monde dans le groupe au moins une fois, mais sans réel dommage.

De Boucherville à Saint-Bruno…
C’est la première année que le Parc national du Mont-Saint-Bruno s’ouvre au SSP. Et ça fonctionne. Beaucoup. «Nous avons quatre vélos en location cette année et nous sommes déjà rendus à 100 sorties en un mois, affirme Rémi Chapados, gestionnaire du parc. Il y a un réel engouement pour le fatbike. Nous prévoyons en avoir quatre de plus l’an prochain et en acheter aussi quatre pour enfants.»

Deux sentiers sont ouverts aux VPS à Saint-Bruno, le parc du réseau SÉPAQ le plus achalandé dans la province et qui ne dérougit pas même en hiver avec ses marcheurs, coureurs et adeptes de ski de fond. Une boucle damée d’un demi-kilomètre est réservée à ce sport en émergence avec de bonnes descentes et montées, dont une particulièrement abrupte où tout le groupe a dû descendre de son vélo pour arriver au sommet.

L’autre sentier de 8,8 kilomètres est multifonctionnel et fait le tour du Lac Seigneurial. Il permet aussi un effort cardiovasculaire et un bon travail des cuisses dans les montées. Puis, on a la récompense de la descente.
«Il faut se pousser un peu, mais c’est ce que les gens recherchent en fatbike», constate Rémi.

Repères
Mercredi au dimanche au Parc national des Îles-de-Boucherville avec événements spéciaux les 11 février, 25 février et 4 mars avec dégustation de pizza au chocolat cuite au four à bois.

Tous les jours au Parc national du Mont-Saint-Bruno et événements spéciaux en soirée les 3 et 17 février avec exposants et démonstrations.

Aucune réservation pour les VPS.

Tarifs
19,50$ : 1 heure
38,75$ : 4 heures
55,25$ : 1 jour
 

Galerie

Comment faire du fatbike sans se fatiguer

Publicité